AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Argael
Prévôt des maréchaux
avatar

Nombre de messages : 4925
Localisation IG : Lyon/ Briançon
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Dim 25 Juil 2010 - 16:48

A son tour, Sindanarie s’était avancé. Tandis qu’il ne la quitté pas des yeux, elle s’agenouilla. Son attitude ici, pour un spectateur invisible, aurait pu troublé. En effet il était droit, visage inexpressif, portant haut et fièrement les vêtements rappelant l’homme qu’il était.

De manière solennel ne quittant point le regard de celle qui sera sa vassal dans les instants qui suivront, il lui tint à son tour un petit discourt.


Dame Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, de manière égal je ne reviendrai point sur votre parcourt peut être plus modeste de prime abord que la Comtesse mais en un temps remarquable et me concernant remarqué. Jeune vous l’êtes, douée également. Désireuse de servir la Couronne, que se soit par les armes ou par les mots, vous avez su par votre simplicité accéder à des responsabilités qui en appel d’autres assurément.

C’est dans l’espoir que je sais vous ne décevrez point que moi, Argael Devirieux dict « le fier » Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de la Tour du Pin, Seigneur de Saint Giraud, Pair de France et Ministre du Roy, je vous attribue les terres du Freyssinet.


La suite fut identique à ceux prononcé pour la Dame de Lauzet.

Par cet accord, vous devrez jurer de respecter les us et coutume de mon Vicomté. Vous me devrez assistance et aide si je demande de votre part sollicitation. En contre partie, je m’engage ici à vous assurez justice et assistance réciproque

Au-delà des mots j’attends bien de votre part une implication réelle sur mes terres. Mesurez bien la portée ici de votre engagement, il n’est en rien anodin…


De nouveau, un instant de silence afin d’être sur de savoir et d’accepter librement cette nouvelle vie, avant de finir.

Me jurez vous allégeance Dame de Viam ?
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation IG : Guéret, Viam... Variable
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Mar 27 Juil 2010 - 0:00

A genoux devant quelqu'un. Les occurrences se suivent et ne se ressemblent pas... Quelque temps auparavant, elle était à genou devant la Maistre de Guerre de son Ordre, Cerridween de Vergy, la Pivoine, le Tyran. Un peu avant encore, elle était à genou devant le Comte du Limousin pour renouveler son allégeance à cette terre qu'elle avait adoptée. Et ce jour-là, elle était à genou devant le Fier. A croire qu'elle était faite pour ça...

Prendre des engagements ne lui avaient jamais réellement fait peur. Ses années de formation auprès d'Elric l'avaient façonnée pour en faire une jeune fille puis une jeune femme suffisamment réfléchie pour peser le pour et le contre d'un engagement, pour mesurer si elle pourrait ou non s'y plier sans perdre son âme. Et, quand elle avait dû répondre à Argael sur le chemin qui menait de la forteresse au village de Ryes, tout était allé très vite. Elle se savait à même de s'engager envers un tel homme. Parce qu'elle l'appréciait, parce qu'elle le respectait, parce qu'elle l'admirait. Et parce qu'il avait conservé des manières de rustres en certaines circonstances. Parce qu'il n'était pas une de ces figures polies et lisses qui glissaient dans les rues parisiennes, invisibles à force de trop vouloir se mettre en valeur.

En un mot comme en mille, il sortait du lot. Et pour ça seulement, elle se trouvait là en ce jour, sur des terres auxquelles elle était pratiquement étrangère. Combien de temps elle était restée sans parler après que le Fier se fut tu, elle n'en savait rien. Elle assimilait ce qu'il venait de dire. S'engager... C'était tout vu. C'était oui. Tout simplement. Mais elle ne pouvait pas lui répondre ce simple et unique mot en un moment aussi solennel. Aussi, reprenant la formule de Lily-Jane, moins habituée cependant au pluriel, la Carsenac commença-t-elle :


Moi, Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, je vous prête allégeance à vous, Argael Devirieux dict le Fier, Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de la Tour du Pin, Seigneur de Saint Giraud, Pair de France et Premier Secrétaire d'Etat.

Elle avait volontairement omis de mentionner et l'Académie, et la Licorne. Ca aussi, elle y avait songé. C'était en tant qu'elle-même qu'elle s'engageait, pas en tant que Grande Académicienne ni en tant qu'Errante de l'Ordre Royal de la Licorne. Juste elle, juste Sindanarie Carsenac, la bâtarde, la fille de mercenaire. Juste elle-même. En revanche, ce "juste elle-même" impliquait bon nombre de choses, qui furent résumées brièvement après que la jeune femme eut pris une nouvelle inspiration :

Je vous jure de respecter les us, coutumes et moeurs de votre Vicomté, et je vous promets de vous apporter conseil, assistance et aide, que ce soit par les armes ou par la plume, dès que vous le solliciterez.

Et quand elle se tut, Sindanarie ne put s'empêcher de se raidir légèrement. Elle se doutait qu'après l'acceptation (ou non, mais ce cas-là semblait bien peu probable, et puis on n'obligeait pas un Héraut à rester planté quelque part pour des prunes) de son allégeance viendrait le baiser vassalique, mais elle attendait également la gifle. Imperceptiblement, ses doigts s'étaient serrés autour du pommeau de son épée. Inspiration. Expiration. Détends-toi, Sindanarie. C'est juste une gifle. Pas comme s'il allait te décapiter. Tu n'as pas besoin de riposter. On se calme...
Revenir en haut Aller en bas
http://rumet-carsenac.forumactif.com
Argael
Prévôt des maréchaux
avatar

Nombre de messages : 4925
Localisation IG : Lyon/ Briançon
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Mar 27 Juil 2010 - 22:28

Moi, Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, je vous prête allégeance à vous, Argael Devirieux dict le Fier, Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de la Tour du Pin, Seigneur de Saint Giraud, Pair de France et Premier Secrétaire d'Etat.

Je vous jure de respecter les us, coutumes et moeurs de votre Vicomté, et je vous promets de vous apporter conseil, assistance et aide, que ce soit par les armes ou par la plume, dès que vous le solliciterez.


Bis repetita, la surprise en moins, Sindanarie Carsenac, n’y couperait point.

Il s’approcha alors comme la première fois de celle qui devenait en cet instant sa vassal. De ma même manière, il se pencha lentement pour sceller par le baiser le lien les unissant.
De la même façon, il se recula ensuite plantant son regard dans le sien avant de faire claquer une joue par une gifle violente.


Et ceci pour te souvenir Dame de rester fidèle à ce lien quoi qu’il t’en coûte.

Dans quelques instants, tu vas recevoir l’acte officiel de la hérauderie, te déclarant comme légitime à diriger une partie de mes terres soit en digne, ce dont je ne doute nullement.

Relève toi maintenant, et une fois Dauphiné ayant fait l’acte officiel, approchez vous toutes deux je vous pris
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation IG : Guéret, Viam... Variable
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Mer 28 Juil 2010 - 1:02

Boudiou. On n'avait pas idée, franchement, de coller une gifle à quelqu'un qui venait de vous jurer fidélité... Elle l'attendait, certes, mais le calme et les manières posées d'Argael l'avaient détendue alors que le baiser vassalique venait sceller son engagement. Elle s'était tant et si bien détendue qu'elle fut presque surprise, malgré le regard d'Argael rivé au sien, par la gifle qui suivit. Laquelle gifle fut reçue sans qu'aucune riposte n'y réponde. Pourtant, l'envie ne manquait pas, comme elle l'avait anticipé... La jeune femme se sentit se raidir, sensation vive comme l'éclair naissant dans la nuque, s'étendant aux épaules puis à la colonne vertébrale et au dos, descendant le long de ses bras jusque dans ses doigts désormais crispés autour du pommeau de la bâtarde. Un très bref instant, ses paupières se baissèrent. Juste assez pour qu'elle dompte une fois de plus le tressaillement qui l'avait parcourue.

Cette bête sauvage qui dormait au fond d'elle, la Carsenac l'avait domestiquée depuis des années, mais le fauve avait des velléités guerrières de temps à autre. Notamment en cas de coup porté. Le réveil du fauve avait bien failli pousser la jeune femme à riposter violemment après avoir perdu un duel à Chinon, ce dont elle se serait bien repentie plus tard. Mais sur le coup, cela tenait du réflexe... Par bonheur, elle s'était obligée à se civiliser encore un peu plus avec son élection à la tête de l'Académie, et était désormais à même de maîtriser les sautes d'humeur de sa bête sauvage intérieure. Heureusement pour le Fier, soit dit en passant, car un coup de lame à cette distance, même si la position n'était pas idéale, aurait pu quelque peu l'amocher. Cela dit, Sindanarie n'avait jamais eu l'intention de faire quelque mal que ce soit à son bienfaiteur. Sans quoi, naturellement, le coup serait parti.

Au lieu de riposter comme elle avait tendance à le faire, donc, elle se releva simplement, sans lâcher son suzerain des yeux, même lorsqu'il mentionna Dauphiné. Il lui faudrait encore un tout petit moment pour calmer tout à fait l'instinct né de sa toute première formation. Et, quand elle se sentit suffisamment maîtresse d'elle-même, Sindanarie se détourna, un léger sourire flottant sur les lèvres, pour faire face au Héraut. Elle avait en prime résisté à l'envie de faire remarquer au Fier qu'il semblait décidé à souffleter chaque membre encore vivant de sa famille... Pour le moment, seuls son demi-frère et elle avaient eu le privilège de sentir la main d'Argael sur leur joue, encore que dans des contextes très différents et pour des raisons non moins différentes, et elle n'était guère pressée de lui présenter, éventuellement, ses deux demi-soeurs, des fois qu'elles aussi, malgré leur plus jeune âge, aient droit à une magistrale torgnole. Bref. C'était à cette femme qui serrait une sacoche noire que reviendrait le dernier mot de la cérémonie, semblait-il. Enfin, si l'on exceptait ce qu'Argael voulait rajouter ensuite, cela allait sans dire.
Revenir en haut Aller en bas
http://rumet-carsenac.forumactif.com
MacCornell

avatar

Nombre de messages : 2922
Localisation IG : Embrun
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Mar 17 Aoû 2010 - 22:58

Le Seigneur de Cornillon-en-Trièves suivait sa suzeraine la Vicomtesse de Clermont dans toutes les cérémonies où l'on requérait la présence d'un héraut. C'était devenu une habitude ou plutôt une façon de faire son travail de Poursuivant d'armes. Avec l'habitude, il avait appris à se faire discret à tel point que certaines personnes ne le voyaient pas du tout. Mais cela ne dérangeait pas Romuald MacCornell. C'était un travailleur de l'ombre, un de ceux sur qui ses amis savaient compter et sans qui le Lyonnais-Dauphiné ne serait pas ce qu'il était. Toujours fidèle au poste, tant dans les moments difficiles que dans les instants de joie. Il prenait son rôle d'apprentis héraut avec cœur et conservait la neutralité qui le tenait éloigné des partis politiques non seulement par devoir mais aussi par conviction. Cela lui permettait d'interpeller pour le bien du Duché et de ses habitants les conseillers ducaux qui prenaient leur intérêt personnel pour le bien commun. Cela lui avait d'ailleurs valu des coups bas par ceux qui nourrissaient une rancœur égale à leur félonie. Mais la neutralité était à ce prix et le bien du Duché aussi. Et ce n'est pas le Fier qui avait tant dénoncé les actes de certains qui contredirait cela.

Ce jour-là était un jour particulier, le Vicomte de Monestier de Briançon, ancien soldat avec qui il avait œuvrer pour la défense du Lyonnais-Dauphiné, avait décidé de prendre deux Dames étrangères au Duché comme vassales. C'était là un privilège que le Pair de France avait réservé à des personnes de grandes qualités. Cet événement était à n'en pas douter un honneur pour le Duché d'accueillir pareilles personnalités sur son territoire. La cérémonie s'était déroulée comme toutes les autres avec les échanges de serments et les actes associés. Cependant, lorsque Dauphiné avait retiré de son porte-document noire la patente de la nouvelle Dame de Le Lauzet, un document s'était échappé dessous son bras. L'embrunais le ramassa sous le regard de celui qui avait été son co-équipier lors des joutes par équipe du cinquième grand festival de la couronne. De sa position debout, Dauphiné n'avait rien remarqué, trop absorbée par le deuxième échange entre le suzerain et sa vassale. Lorsque la jolie brune se tourna vers la Vicomtesse de Clermont pour recevoir l'acte officiel la désignant comme Dame de Le Freyssinet, cette dernière ouvrit à nouveau son porte-document et resta un instant interdite. La patente ne s'y trouvait plus. MacCornell souffla alors à sa marraine:
il vient de s'envoler, le voici. Dauphiné fit alors signe à son Poursuivant d'armes en titre de donner le document à l'académicienne.

Voici la preuve que vos engagements respectifs. Il aurait bien voulu ajouter quelques compliments supplémentaires, mais n'osa pas offrir plus qu'un sourire à la Dame. Après quoi, il se replaça le plus discrètement possible derrière la Dame de Mornant.

Citation :
Par la présente, Nous, Nynaève de Gaudemar, Vicomtesse de Clermont en Trièves, dict « Dauphiné » Heraut d'Armes Royal faisons acte de la demande de Argael Devirieux, dict "le fier", Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de La tour du Pin et Seigneur de Saint Giraud quant à l'octroi d'une seigneurie se trouvant sur ses terres de Monestier de Briançon sise au fief nommé Le Freyssinet , à Dame Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, Grande Académicienne Royale de France, Ecuyère de la Licorne .


Après recherches héraldiques dument entérinées, le Fief du Freyssinet est bien seigneurie de Monestier de Briançon

Elle portera: «d'Azur au huchet d'or chargé en chef de trois coquilles de même» soit, après dessin :





Nous joignons pour compléter le dossier une lettre manuscrite d’Argael Devirieux, Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de La tour du Pin et Seigneur de Saint Giraud attestant de sa volonté de bailler à Dame Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, Grande Académicienne Royale de France, Ecuyère de la Licorne, le fief de Freyssinet


Argael a écrit:
Au hérault d'Arme du Lyonnais-Dauphiné, Nynaeve dite la modeste, Vicomtesse de Monestier de Clermont, Dame de Mornant, du Glaizil et d'Anthon,


Salut et paix,

Par la présente, nous vous sollicitons pour un anoblissement à une date à définir selon vos disponibilité à Lyon..

J’ai comme souhait d’anoblir à l’occasion deux personnes de valeurs oeuvrant de manière admirable pour la grandeur de leur province et de la France. Il s’agit de Dame Sindanarie Carsenac, Dame de Viam, Grande Académicienne Royale de France, Ecuyère de la Licorne, et de Sa Grandeur Lily-Jane de Cognin Franchesse Casaviecchi Von Waldershut, Comtesse de Lavaur, Dame de Labastide Saint Peyre.

A la première je suis désireux d’octroyer les terres du Freyssinet et la seconde les terres de Lauzet les deux se trouvant sur mes terres de Monestier de Briançon.

Qu’Aristote veille les officiers portant caducés.

Cordialement
Faict à Lyon le XIII ème jour du mois de Juin de l'an de grasce MCCCCLVIII.

Argael Devirieux

Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux règlements Héraldiques et nous certifions, avoir été le témoin Héraldique des serments vassaliques échangés entre l'octroyant et l'octroyé.

Faict le vingt-huitième jour du mois de juin 1458 sous le règne de nostre souverain bien aimé le Roy Levan le troisième de Normandie.




Revenir en haut Aller en bas
Nynaeve87
Dauphiné
avatar

Nombre de messages : 15777
Age : 105
Localisation IG : Embrun
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie   Ven 20 Aoû 2010 - 16:00

Nyna frissonna. L’épaisseur des murs de l’église de Lyon la coupait de la chaleur estivale qui habitait la ville en son entier depuis plusieurs heures déjà et la fraicheur ambiante se faisait sentir. La cérémonie semblait sur le point de se terminer.
Dauphiné avait l’air grave, comme à chaque fois qu’elle entendait le serment prononcé toujours avec ferveur. Elle n’était elle-même que vassale de son duché et ne savait si elle aurait pu prêter ainsi serment à un homme quel qu’il fut… le seul à qui elle avait donné sa foi était son époux.
Elle en était là de ses réflexions quand…. Argael releva sa vassale.

Consciencieuse, elle voulu relire le contreseing que lui avait préparé Maximien son jeune chevaucheur d’arme malicieux mais travailleur. C’est avec un sourire qu’elle avait apposé son scel en avance certaine que tout serait conforme. Le Vicomte n’avait jamais badiné avec le protocole.

Là… stupeur… le document avait disparu…ventre qui se serre... incompréhension…

Si aucun son ne sortit de sa gorge, on put certainement lire en elle juste en observant ses yeux qui affichaient son désarroi.

C'est alors qu'elle l’entendit, lui, toujours aussi discret qu’elle en arrivait à l'oublier, son filleul, son vassal, toujours présent dans les moments délicats.

Enfin, elle se détendit et sourit, le priant d’un geste de remettre à la jolie dame le document qu’il venait de ramasser…

Alors qu’il revenait vers elle, elle le remercia pressant doucement son bras en un geste d’amitié et adressa à la Licorneuse les quelques mots qui accompagnent souvent le contreseing…


Voici Dame l’acte officiel de votre nouvel engagement. Vous devrez en porter les armes et garder précieusement ce velin. Par ces terres qui vous sont confiées, vous devenez Dauphinoise, puissent-elles être toujours un refuge un havre de paix.

La vicomtesse sourit à Argael qui la fixait de son œil émeraude, tête haute.

Voici votre Seigneurie…encore quelque chose que je puis faire pour vous ?

Hmm… difficile à qualifier ce sourire qu’elle lui lança… un mélange de respect et d’espièglerie sans doute… n’oscillait-elle pas toujours en gravité et légèreté ? Refermant son porte document, elle attendit sagement sa réponse…
Revenir en haut Aller en bas
 
[Hérauderie] Anoblissement de Lily-Jane et de Sindanarie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Rôle Play du Château de Lyon :: 9 - Colline de Fourvière :: Église du Lyonnais-Dauphiné-
Sauter vers: