AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sagaben



Nombre de messages : 6454
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...   Lun 28 Fév 2011 - 20:26

[Dans les derniers jours de février, portes du Castel Pierre Scize.

Quand un attelage ramène le Tempéré et sa Prinzessin]


C'est un attelage qu'on avait plus vu depuis fort longtemps à Lyon. On oserait dire des mois, mais c'était bel et bien le cas! Il se sussurait partout en Dauphiné des rumeurs. Le Chancelier était tombé, le Chancelier était mort, le Chancelier serait renvoyé... Nul ne savait exactement ce qu'il en était. Mais qu'à cela ne tienne : Bastien d'Amilly, le Tempéré, était de retour en Dauphiné. L'équipage était important mais rien de tapageur. Les routes étaient sûre lui avait-on dit. Une voiture suffisamment spacieuse pour les Ducs Souverains de Romarimont, quelques cavaliers aux couleurs de Laragne et quelques autres prêtés pour l'occasion par les Savoyards. Eh oui, l'étendard savoyard flottait aux côtés des couleurs des Amilly. Quelques chariots suivaient aussi. Il fallait dire que les ducs n'étaient pas totalement seuls dans leur voiture...

C'est appuyé sur une canne, boitant, et aidé par un page, que le Tempéré mis pied sur le sol lyonnais. Pierre Scize se dressait devant lui. Les batailles avaient eu raison de lui, et l'ancien commandant de la Compagnie Temperate sed Fortiter avait été vaincu par le commandant genevois, Meliandulys. Malgré son infirmité, dont les médecins devaient bientôt prédire les suites, il tendit la main à son épouse qui, telle la Prinzessin qu'elle était, descendit avec une majesté sans pareil. Le couple avait mûri dans l'aventure, il s'était assagi. Bastien, lui, avait vieilli. Les blessures l'avait accablé physiquement, et il était atteint moralement. Il était tout de noir vêtu. On ne l'avait plus vu ainsi depuis son mariage. Mais sa douce Eleanore. La fille de la Dame de Deneuvre n'était plus. Elle avait succombé de maladie pendant son voyage en Savoie. Il s'en voulait... Il s'en voulait de n'avoir été là, de n'avoir pu lui dire au revoir. Elle était en terre.

Le couple se tenait devant Pierre Scize. Bastien se tut un instant. Il était comme en reccueillement. Il jeta ensuite un profond regard à son épouse. Elle seulement pouvait comprendre tout ce qui s'y trouvait. Elle comprenait la détresse et l'ambiguité des sentiments de son mari. Dans la main qu'il glissa dans celle de son épouse, il y avait son éternel chapelet. Souvenir des Amilly. Une larme coula sur sa joue. Mais où était donc l'ambiguité, aurait pu se questionner un badau... ? Quiconque aurait vu Cecilia avant son départ au chevet de son mari, se serait souvenu de sa taille. Elle avait maigri et pour cause...


Vous emmènerez les enfants dans une pièce calme du château. Souffla-t-il a un page proche du couple. Celui-ci se dépêcha, après assentiment de la Duchesse, d'aller quérir nourrice et... nourrissons. Eh oui... De nouveaux Amilly étaient nés, voilà l'ambiguité. Deux magnifiques enfants. Rayons de soleil dans ce ciel obscurci.

Un garde de Pierre Scize s'était avancé vers l'équipage demandant s'il pouvait annoncer quelqu'un. Le Chancelier, sur un ton neutre et las, lui demanda.
Pouvez-vous nous dire si Sa Grasce Penelope Montbazon-Navailles est présente à Pierre Scize. Si tel est le cas, allez dire que Bastien et Cecilia d'Amilly demandent audience. Le garde semblait jeune. Il n'avait pas reconnu le chancelier. Quoique ça ne pouvait rien dire, ce dernier avait les traits creusés et changés depuis son départ. Il s'en fut à l'intérieur et le couple prit la liberté de s'avancer dans la grande salle d'entrée. Nul n'aurait, ils le pensaient, osé les empêcher de rentrer. Les rôles s'étaient inversés, c'était le mari qui s'appuyait tour à tour sur sa canne et sur le bras de son épouse. Une fois à l'intérieur, il baissa légèrement la tête et porta la main de Cecilia jusqu'à ses lèvres. Son regard, lui, demeurait perdu devant lui...
Revenir en haut Aller en bas
Marsaly



Nombre de messages : 5642
Localisation IG : Die
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...   Mar 1 Mar 2011 - 22:34

Marsa qui entrait au château pour rejoindre son bureau vit à l'entrée un attelage assez imposant. En y regardant de plus près ... ben voui déformation professionnelle oblige ... elle se rendit compte qu'il s'agissait de Messire Bastien d'Amilly. *Il est donc de retour* se dit-elle *et sain et sauf. Voilà au moins une bonne nouvelle. * La jeune commissaire se hâta de rejoindre la porte et d'accueillir comme il se devait Bastien et son épouse.

Bonjour Messire Bastien, Dame ! je suis ravie de vous voir en ce lieu.

Marsa fit signe au garde en faction d'aller préparer des tisanes bien chaudes dans la première salle à l'entrée puis s'adressa à nouveau au couple d'Amilly. Elle n'osa pas lui demander comment il allait ainsi qu'à son épouse qui paraissait bien maigre mais ne la connaissant pas bien peut être était se sa silhouette habituelle. Marsa avait bien remarqué la canne et les trait tiré de Bastien, mais s'abstint de tout commentaire ou question qui pourrait géner


Si vous voulez bien me suivre, je vais vous installer dans une pièce où vous serez au chaud et au calme pour prendre une collation le temps de prévenir sa Grasce.


Marsa les conduisit vers la pièce où attendait collation et boissons. Pendant ce temps Ellya arriva avec un morceau de parchemin tout baveux dans la gueule et la commissaire pû y lire ....

Sa Grasce vous recevra ici Messire Bastien
Revenir en haut Aller en bas
Cecilia



Nombre de messages : 9057
Localisation IG : Lyon
Date d'inscription : 07/09/2010

MessageSujet: Re: Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...   Ven 4 Mar 2011 - 21:19

Couvant tour à tour ses enfants et son prince du regard la jeune femme se mit à sourire. Que demander de plus ? elle n'aurait pu rêver mieux même si en cet instant. Si ce n'est qu'elle aurait souhaité ne pas voir la tristesse dans le regard de son époux. Il fallait lui laisser du temps et peut être qu'un jour cette femme dont le regard le frôle, le porte sur ses épaules comme elle porte le monde. Et jusqu'à bout de force, recouvre de son écorce ses plaies les plus profondes. [...] Et jusqu'au bout d'elle même lui prouve qu'elle l'aime par l'amour qu'elle inonde.

Pierre Scize était leur point de chute mais que n'aurait elle donné pour rester encore, oubliez le temps, rester encore un peu... afin de profiter un peu plus de cet instant familial. Son époux fut le premier à sortir du coche puis se fut au tour de la Prinzessin de mettre pied à terre avec l'aide de l'amour de sa vie. Quelques pas furent fait puis le couple s'arrêta à nouveau, s'est la que la brunette remarqua ce qu'elle n'aurait jamais penser voir. Son époux versait quelques larmes ce qui n'était à sa connaissance plus arrivé depuis leur rencontre. En épouse aimante et attentionnée, la jeune femme prit sur elle pour ne pas montrer qu'elle se sentait coupable de lui infliger cela. La seule chose qu'elle trouva à faire pour tenter de se faire pardonner fut de le prendre dans ses bras en lui chuchotant à l'oreille qu'elle l'aimait.

Lorsque son époux annonça au page qui s'approchait d'eux que leurs enfants seraient emmenez au sein d'une pièce calme du château, la jeune femme n'eut pas le courage de les regarder s'éloigner. Depuis leur naissance, elle ne les avait que peu quitté et à chaque fois s'était un supplice pour elle. Elle resta encore un peu blottit contre son époux avant de reprendre sa place à ses côtés lors de l'arrivée du garde. A présent le couple pénétrait au sein de la grande salle ou l'on viendrait les quérir lorsque la duchesse serait disponible pour les recevoir. Durant le cour laps de temps d'attente, Bastien porta la main de sa douce à ses lèvres, ce qui lui fit un léger pincement au coeur. Il s'agissait sans doute de sa façon à lui de la remercier d'être à ses côtés.


Bonjour Dame, nous vous remercions pour votre accueil répondit elle à la jeune femme qui venait de les rejoindre. D'un signe de tête, la brunette la remercia de les conduire au sein d'une salle ou ils auraient un peu plus chaud. La encore peu d'attente entre leur entrée dans la nouvelle pièce et le moment ou l'on vint leur annoncer que la salle était prête sauf que notre Prinzessin n'était apparemment plus conviée à parler avec Pénélope. Léger coup d'oeil vers le Prince qu'on sort pour savoir ce qu'elle devait faire, rentrer avec les enfants ou bien protester pour qu'on la reçoive également ?
Revenir en haut Aller en bas
Sagaben



Nombre de messages : 6454
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...   Sam 5 Mar 2011 - 9:15

Le Couple avait été accueilli par Marsaly, une Dioise étant, apparemment Commissaire de la Prévôté. Ils avaient été conduit dans une pièce chaleureuse en attendant que le Gouverneur veuille bien les recevoir. Quelques instants plus tard, on apporta l'invitation de penelope. Le Duc s'était levé, mais soudain son esprit fit le calcul. Il s'adressa à Marsaly.

Sa Grasce va ME recevoir? Il avait insisté sur le pronom personnel. Continuant sur un ton légèrement inquisiteur. Mais Sa Grasce a-t-elle été avertie que j'étais arrivé avec mon épouse?

Cette dernière s'était levée et se tenait à côté de lui. Il lui avait tendu la main pour qu'elle déposât la sienne dessus. Mon épouse est venue me chercher en Savoie et m'a accompagnée jusqu'ici, laissant douloureusement ses enfants à la garde d'autres pour me soutenir. Pourriez-vous vous arranger pour que ceci soit pris en considération? Le Chancelier ne voulait pas créer de tensions ni de scandale, mais il trouvait ceci fort peu diplomatique. Il n'avait pas pour le moment le courage de protester, il ne s'agissait que de faits exposés. Son ton était toujours aussi neutre et aussi dépourvu de chaleur. Il poursuivit encore un instant, se rappuyant sur sa canne à droite, rester debout sans bouger lui étant difficile. Faites dire à Sa Grasce que son Chancelier aimerait être reçu tel qu'il se présente. Nous pourrons nous entretenir sur des points sensibles de diplomatie un peu plus tard si elle le souhaite. Qu'est-ce que le Chancelier pouvait sembler fatigué et las! La demande était sincère. Sans attendre que la Commissaire ne se retire, il se rassit, en tentait de ne point faire paraître la douleur dans sa jambe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...   Aujourd'hui à 16:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour mitigé : entre victoire et blessures, entre deuil et naissances...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Système d'échanges entre villes en mode solo
» [Biblio] Histoire de l'entre deux guerres
» [RP] Entre Die et Embrun : Aspres
» [RP] Entre Lyon et Vienne : Givors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Rôle Play du Château de Lyon :: 0 - Enceinte :: Les portes de la ville - Orientation générale-
Sauter vers: