AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une urgence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 18:37

C'est dans cette salle d'examen que devait être conduite la duchesse de Clérieux qui semblait bien mal en point.

Tandis qu'on la transportait avec, enfin elle l'espérait, toutes les précautions possibles, elle avait devancé le cortége pour revêtir une blouse immaculée et se frottait énergiquement, à ce moment même, les mains à la saponnaire, pour être prête à intervenir. dès que la blessée serait là.
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 19:35

Où voulez-vous qu'elle se trouve sinon dans la buanderie en train de ranger linges et ustensiles propre ... Elle venait de finir de poser une grande pile de drap immaculé sur l'étagère quand elle entendit une petite aide courir en l'appelant ... Tout essoufflé elle s'arrêta devant la porte de la buanderie ...

Amy ! ... Il faut ... venir ... Vite !! Y a une urgence ... Blessures très grave ...
...
La Directrice te cherche et te dis de venir !! ... Faut prendre des linges !! ... Viiite !!!


Et bin elle avait fait le tour de tout l'hôpital pour être essouffler comme ça ? Bon pas trop le temps de se poser la question, elle vida son panier du linge qu'il restait à ranger et le rempli de ce qu'il lui fallait, puis elle sortit en trombe en montrant le reste du linge à la jeune fille ...

Tu peux finir de ranger s'il te plait ?!

Bon ce n'était pas tellement une question, mais une affirmation !! Il lui fallait maintenant trouver Isabeau et elle se dépêcha d'aller dans la salle des médecins où elle était sur de la trouver ... Elle vit un brancard et une femme posée dessus et elle les suivit jusque dans la pièce où se trouvait bien Isabeau ... Une fois qu'ils furent entrés et que le brancard fut posé, elle entra à son tour, posa son panier et revêtit elle aussi, une blouse d'infirmière ...

Une fois fait, elle se tourna vers Isabeau et attendit les instructions ...


Je suis prête ...
Revenir en haut Aller en bas
Arwel

avatar

Nombre de messages : 27285
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 19:53

Ils progressaient tout doucement, les gardes de Clérieux... Ne pas la secouer, ne pas lui faire plus de mal qu'on lui en avait déjà fait depuis la nuit précédente... Pourtant, ils étaient impatients de la voir soignée et reprendre vie, cette femme sur laquelle ils veillent depuis qu'elle était devenue Vicomtesse, puis Duchesse de Clérieux... Ils la tenaient précautionneusement et quand ils entrèrent dans la salle de soins, une odeur de sang envahit aussitôt l'air... Celui qui parlait pour les autres depuis le début regarda Isa et lui demanda :

Où devons-nous la déposer ?

L'homme promenait son regard de la dame à la Bienveillante... Il n'avait certainement pas vu la table prévue à l'auscultation... Le pauvre homme était déjà persuadé de transporter un futur cadavre, même s'il espérait de tout son coeur voir Arwel ouvrir les yeux, dire quelque chose... Soudain, il avisa une sorte de table ? Un lit ? Il était tellement bouleversé qu'il n'en savait même rien... Déposer la Duchesse sur ce support, avec toute la délicatesse possible...

Ici, elle s'ra bien hein... Vous allez vous occuper d'elle... Vous allez la soigner et il n'y paraîtra plus rien... n'est-ce pas ?

L'homme regardait la dame comme si elle eût été Aristote en personne... L'espoir éclairait son regard... Après tout, elle respirait toujours la Bienveillante... toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle

avatar

Nombre de messages : 370
Localisation IG : Si je suis pas trop bouré je vous le dirait!
Date d'inscription : 20/12/2010

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 20:50

Étant en train d'essayer de classer les herbes ou sont domaine n'était pas son favoris il fit la moue et laissa au point même les plantes et soupira.

Je ne suis vraiment pas fait pas fait pour les plantes !


Petit grognement puis sort en prenant soin de ne pas faire tomber les plantes sur l'établie, en arpentant les couloirs il entendit du bruit, le bruit venait du hall, mais ça il ne le savait pas encore. Ce fiant à son ouïe, il déboucha dans une des salles de soin.

La porte déjà ouverte, Isa et Amarante était déjà la.

Les regardants toutes les deux faire en ce demandant qui était le patient. Un petit pas vers l'avant pour regarder un peu la situation, il ouvrit grand les yeux de surprise et resta bouche bée. Arwel, elle était vraiment dans un très sale état...

Isa ! Que lui est-il arriver ?! Dit moi ce que je peux faire pour t'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-demeraude.forumgratuit.org/
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 21:45

Elle était là, posée sur la table d'auscultation et dieu sait si elle n'aimait pas cette situation où chacun attendait d'elle une réponse rassurante sur l'heure.
Comment pouvait t'elle savoir sans même avoir pris connaissance de son état!
Elle aurait aimé pourtant , dire des paroles encourageantes genre :
ce n'est rien, cela va aller
Mais elle se devait d'être réaliste, à cet instant il lui était impossible de présager de l'état de la duchesse... et puis tout ce monde autour, l'ennuyait.
D'un ton qui ne souffrait aucune réplique, elle congédia les gardes, leur demandant d'attendre dans justement , la salle de garde réservée aux escortes.
C'est à ce moment qu'arriva Carlisle.


Tu arrives bien! aides moi à éponger ce sang qui couvre tout et masque la véritable blessure , celle qui peut être fatale si nous n'intervenons pas à temps.

Dame Amarante, la salle d'opération est t'elle prête au cas où ?

Sans vraiment attendre de réponse de part et d'autre, elle éponge, scrute la moindre blessure sondant leur importance.

Ne pas perdre son sang froid surtout, ne rien laisser au hasard, chaque saignement même anodin peut se révéler être un signe d'une lésion plus importante.
Cela, elle le saura quand on aura meilleure vision des blessures.

Un coup d'oeil sur le visage pâle de la duchesse laisse présager le pire, mais elle ne s'y attarde pas , pour l'instant, éponger encore et encore, c'est une course contre le temps; localiser et stopper à tout prix ce sang qui ne cesse de s'écouler.
Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 22:45

Les bras chargés d'un ballot de simples de la meilleure qualité qui puisse se trouver, Ninoua revenait jusqu'à l'office des apothicaires par les couloirs de services. Elle allait poser son chargement sur la paillasse lorsqu'elle s’aperçut qu'elle était déjà occupée par un déballage d'herbes et de racines. Qui avait bien pu laisser ce bazar ! Gronchonnant, la brune entreprit de tout remettre en ordre, mais elle n'eut pas le temps d'achever sa tâche qu'une aide vint lui apprendre la terrible nouvelle ; la Duchesse de Clérieux venait d'arriver à l'hospital, mortellement blessée.

Une seconde surprise et incrédule, la Dame de Sablons réagit enfin et attrapa la blouse propre qu'elle gardait en son office ainsi que le lien de cuir qui lui servait à retenir ses mèches folles en dehors de son champ de vision. En courant vers la salle des médecins, l'apothicaire se transforma en chirurgienne. Et c'est les manches déjà retroussées qu'elle entra dans la pièce où elle dénombra rapidement sept personnes rassemblés autour de la table d'examen. D'une poignée de saponaire, elle se frictionna les mains et les avant-bras avant de s'avancer vers l'attroupement pour découvrir enfin...


Grand Dieu..

Le souffle d'effroi n'avait pu être retenu lorsque ses yeux se posèrent sur Arwel, méconnaissable avec ce sang qui la maculait. Son sang à elle.
Ninoua chercha alors à accrocher le regard d'Isa. Elle était la médecin en chef et directrice de l'hospital. La direction des opérations lui revenait tout naturellement, et comme en armée, on suivait les ordres de son supérieur.
Elle commença par remercier les quatre gardes de Clérieux en les reléguant derrière la porte. Puis il fallu laver le sang pour y voir plus clair. Ninoua s'y attela donc, sans égard pour les vêtements de la jeune Duchesse qui étaient de toute manière irrécupérables, déchirés et imprégnés de sang coagulé.
Revenir en haut Aller en bas
Arwel

avatar

Nombre de messages : 27285
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 24 Sep 2011 - 23:29

La directrice de l'hôpital avait l'air de savoir ce qu'elle faisait... Les quatre gardes observaient tous ses faits et gestes... Il n'aurait pas fallu que la dame s'avisât d'abimer un peu plus leur Duchesse... Un homme aidait le médecin en chef à éponger le sang qui sortait encore des plaies d'Arwel... Lui, ils l'avaient à l'oeil, un homme, tout médecin qu'il fût, n'avait pas intérêt à s'attarder sur la Bienveillante... Une autre jeune femme surgit... Les quatre gardes échangèrent des regards inquiets lorsqu'un "Grand Dieu" effrayé sortit de ses lèvres... Mais elle les relégua rapidement à l'extérieur de la salle de soins... Les gardes n'eurent pas plus l'occasion de voir ce qu'il se passait, ils n'eurent pas non plus celle de s'enquerrir de l'évolution de la situation... Ils étaient condamnés à attendre derrière cette porte qu'on vînt les informer de l'état de la Bienveillante... L'un d'eux cependant murmura tout doucement :

Qu'Aristote veille sur elle...

Pendant ce temps, de l'autre côté de la porte, la petite duchesse luttait pour survivre, entre les mains des trois soignants...
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 25 Sep 2011 - 13:14

La femme fut déposée sur la table d'auscultation, Carlisle entra et prêta main forte a Isabeau, ce qui la soulagea grandement, car elle, n'était là que pour passer linge propre, ustensiles et change l'eau si besoin ...

Dame Amarante, la salle d'opération est t'elle prête au cas où ?

Oui la salle d'opération était libre. Elle avait été nettoyée et tout en ordre ...

Oui elle est prête, elle a été rangée et nettoyé ...

Les gardes furent expédier en dehors de la pièce ... Elle les regarda, comprenant leur désarroi ... il était si difficile de se sentir inutile et impuissant. L'attente et l'incertitude étaient aussi très dures ... Mais ils n'avaient pas d'autre choix que de sortir de la pièce et c'est ce qu'ils firent ...

Ninoua entra à ce moment-là. Une aide supplémentaire ! Elle venait de passer des ciseaux pour découper la robe et maintenant elle tendait chiffon sur chiffon qu'elle récupérait imbibé de sang pour les mettre dans un seau ...

Petit à petit, on découvrait l'étendue des dégâts avec des plaies plus ou moins béantes et saignant avec plus ou moins d'importance ...
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle

avatar

Nombre de messages : 370
Localisation IG : Si je suis pas trop bouré je vous le dirait!
Date d'inscription : 20/12/2010

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 25 Sep 2011 - 14:06

Les ordres d'Isa venait de tomber, presque incapable de bouger ou même encore d'articuler en voyant Arwel sur la table, et même à l'article de la mort ! Mais comment ? Comment cela avait il pus arriver ?!

Il s'approcha à pas rapide ayant repris le contrôle de ses muscles, et regarda la plaie prenant avec soins un essuie, la trempa dans un coction qui servirais à enlever un peu les corps étranger.

Passant doucement l'essuie sur la plaie une fois que la robe fut découper bien sûr... il grimaça de peur de faire du mal encore plus à Arwel, mais au point ou elle en était...


Isa, une plaie et nettoyer. C'est grave... Très grave, elle a perdu beaucoup trop de sang !

Posant l'essuie remplie de sang sur le côté, il soupira. Lui même savait qu'il n'y avait plus rien à faire. Mais il ne voulait pas qu'elle parte, surtout pas Arwel...

Puis entra Ninoua, il grimaça de peur qu'elle vienne lui faire des reproches pour avoir laisser la salle des apothicaires dans un tels état... Mais il la regarda un instant, ce n'était pas vraiment le moment de faire des reproches !


Isa, il faut l'emmener en salle d'opération pour refermer et nettoyer au plus vite toute les plaies ! Sinon elle va y rester ! Elle est déjà à l'article de la mort à l'instant ou je te parle, elle n'a plus assez de sang pour vivre, soit on trouve un moyen de lui en donner, soit elle va claquer sur la table à toi de donner les ordres !

La regardant avec un air grave, puis passa sont regarde sur Ninoua, puis Amarante, et enfin sur Arwel...
Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-demeraude.forumgratuit.org/
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Lun 26 Sep 2011 - 21:10

Eponger… Examiner, évaluer et essuyer encore, appliquer linge et charpie de coton pour enrayer les saignements des nombreuses estafilades qui couvraient le corps de la duchesse.

Elle s’attarda quelques secondes sur une mauvaise blessure dans le cuir chevelu où le débit du sang était important, comme toute blessure de cette nature.
Terre et gravillons s’étaient collés aux cheveux mais l’entaille ne nécessiterait que d’être nettoyée avec soin et recousue.

Elle continuait son inspection, vérifiant de temps en temps le souffle de la blessée dont les faibles gémissements que lui tiraient les passages des linges étaient de bons augures, présageant d’une semi conscience.
La vérification du haut du corps, où résidaient les organes vitaux étant faite, elle fut soulagée, malgré l’aspect spectaculaire de ce corps ensanglanté, aucune plaie ne présentait de danger vital.

Elle s’apprêtait à découvrir le bas du corps d’un coup d’incisor sur les lambeaux de ce qui fut une robe et jupons élégants, quand Carlisle se mit à s’agiter et crier.

Elle empoigna fermement son bras de sa main souillée de sang séché, et d’un ton qui se voulait plein d’assurance, cria presque à son tour.


NON, ELLE NE MOURRA PAS ! et nous ferons tout pour que cela n’arrive pas, alors garde ton sang-froid et ouvre l’œil.

Essayait –elle de se persuader elle-même en disant cela ! car à vrai dire, en cet instant, elle n’était sûre de rien.
Elle allait pour lui dire de surveiller sa respiration, et le blanc de son œil, quand les tissus qui venaient de céder révélèrent à l’intérieur de la cuisse, une blessure par flèche dont le bois avait cassé mais dont le trait semblait profondément ancré dans les chairs.

Une de ces blessures qu’un médecin redoute, car suivant les différentes sortes de flèches, les traits peuvent être simples ou hérissés de piquants, déchirant les chairs au moment de l’extraction.
Elle avait vu cela , sur les champs de bataille en Bretagne, alors, qu’encore jeune étudiante , elle assistait un médecin renommé.
Il avait du alors, repousser le trait au lieu de le tirer transperçant ainsi de part en part, le bras du blessé, tout en évitant vaisseaux et veines.
Une opération très délicate qui avait duré une éternité, et elle pria pour ne pas avoir à la pratiquer aujourd’hui.


Elle n’hésita pas plus longtemps, la duchesse était faible et il fallait faire vite, elle ne survivrait pas à une infection.

Roulons la table à côté, je vais devoir l’opérer.
Ninoua, vous pouvez préparer de quoi l’endormir , et surveiller son état, elle a assez souffert , la douleur pourrait lui être fatale, il nous faut aussi de quoi nettoyer en profondeur , ah et de quoi immobiliser son épaule quand nous l’aurons remise en place.

Amarante, euh… voyons voir, il me faut, l’écarteur, une pince cannelée, de la charpie de coton, une aiguille courbe et du fil de soie.

Carlisle, toi tu vas m’aider mais de grâce, c’est ta première intervention, alors pas d’initiatives malheureuses, tu fais ce que je te dis et tout ira bien.

Allez pressons, on a du pain sur la planche !
Revenir en haut Aller en bas
Arwel

avatar

Nombre de messages : 27285
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Une urgence   Mar 27 Sep 2011 - 1:52

Inconsciente, pourtant la jeune femme souffrait... Elle était loin mais en même temps, elle sentait le passage des linges sur sa chair à vif ... Des réminiscences d'une autre agression l'assaillaient mais elle ne se souvenait pas d'avoir jamais autant souffert de sa courte existence... Elle sentait encore les coups qui pleuvaient, les armes qui entaillaient sa peau... Elle avait mal et parfois, alors qu'on prenait soin d'elle, une plainte à peine perceptible exhalait de ses lèvres... Elle aurait voulu hurler pourtant, la Bienveillante... Elle aurait voulu leur crier d'arrêter de la toucher, de ne plus tirer la douleur de son corps... Une envie de mourir pour ne plus rien sentir prenait peu à peu emprise sur elle... Un besoin de se laisser glisser vers la mort sans plus résister... Et un cri la rappela à la vie :

NON, ELLE NE MOURRA PAS !

Cette voix, elle la reconnaissait... Elle semblait si sûre d'elle... Il lui fallait puiser au fond d'elle pour exaucer ce cri... S'accrocher à tout et à n'importe quoi... Ne pas penser à Alix et Landry qui devaient la haïr d'être partie sans même les embrasser une dernière fois... Ne pas penser à Phelim... Non, surtout pas à lui... Sinon, la branche à laquelle elle tentait de s'agripper risquait de rompre... Ne pas penser qu'il la haissait certainement presque autant que les deux bambins du Duc... Essayer de se raccrocher à Mirandor et à sa fille... Mais la perspective de devoir peut-être les abandonner la rendait trop vulnérable... Trouver la force, le courage... Plume ! Arwel ne savait pas pourquoi, mais elle sentait que la jeune femme avait besoin d'elle... Et Rai... C'était son anniversaire... Les fleurs... Elle avait cueilli des fleurs cette après-midi là pour les lui faire parvenir... Elle devait se réveiller pour les lui donner... Sinon, elles seraient fanées et tout cela n'aurait servi à rien... La douce jeune femme tendit donc les mains, dans son sommeil comateux, vers ces deux solides branches... Ses gémissements se firent un peu plus forts... Elle pensa alors à Sam et à So... Elle voulait à nouveau crier, mais de désespoir, cette fois... Que leur était-il arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Mar 27 Sep 2011 - 17:48

Elle en avait vu des plaies, petites et grandes, des luxations, des amputations même, mais jamais, jamais la montagnarde n'avait posé les yeux sur un blessé de guerre. Car les blessures qu'ils mettaient à jour ont été faites par des armes, ça ne faisait aucun doute. Et malgré ce qu'elle avait pu lire ou entendre de ce qu'il se passait sur le front, elle restait horrifiée par ce que les hommes pouvaient faire subir à leur congénères.

Malgré ça, Ninoua s'appliquait à la tâche qui lui avait été assignée. L'épaule gauche était démise, elle s'en était aperçu tout de suite lorsqu'elle avait doucement manipulé le membre pour l'inspecter et le rincer du sang poisseux. Le reste du bras gauche n'avait rien de grave sinon de nombreuses estafilades et un ongle cassé. Le tronc et l'abdomen avait été dégagés eux aussi et ne présentait aucun blessure mortelle. Ça n'est qu'en découvrant le haut de la cuisse que Carlisle s'affola. Isa haussa le ton elle aussi pour ramener le calme parmi l'équipe. Il ne manquerait plus que l'un d'eux panique ! Ça n'était vraiment pas le moment.

La montagnarde avait vu elle aussi le trait brisé à même pas un empan de la peau fine de l'intérieur de la cuisse ducale. Elle savait qu'à cet endroit passait des vaisseaux très importants de par leur calibre. Dans son enfance, elle avait vu un homme se vider de son sang en très peu de temps lorsque le soc de sa charrue lui était passé sur la jambe par accident. Isa réagit avec la rapidité que nécessitait un cas pareil. Les ordres furent donnés et chacun s'activa.

Ninoua alla ouvrir en grand la porte qui communiquait avec la salle d'opération pour laisser passer le cortège. Elle se dirigea ensuite vers les étagères supportant les diverses fioles et bouteilles. Heureusement, depuis le passage de Mirandor, l'apothicaire avait eu le temps de refaire le stock d'eau vinaigrée et du précieux mélange anesthésiant. La potion à base de jus de jusquiame, de mandragore, de graines de laitues, d'opium, de ciguë et d'hyoscyamus était délicate à préparer en raison des proportions bien précises qu'elle exigeait. La réaliser en urgence laissait toute les chances aux erreurs de dosage qui pouvaient se révéler fatales au patient. La Briançonnaise espérait seulement en avoir assez pour tout le temps que durera l'opération !
Dans un bol, elle disposa une éponge avant d'y verser le mélange pour qu'il l'empreigne


Je suis prête Isa

Le vinaigre était là pour nettoyer les plaies, l'éponge anesthésiante aussi pour protéger la conscience de la jeune Duchesse face à la souffrance du corps. C'était là le plus urgent. Les bandes destinées à immobiliser l'épaule peuvent attendre
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Mar 27 Sep 2011 - 22:48

Isa, une plaie et nettoyer. C'est grave... Très grave, elle a perdu beaucoup trop de sang !

Isa, il faut l'emmener en salle d'opération pour refermer et nettoyer au plus vite toutes les plaies ! Sinon elle va y rester ! Elle est déjà à l'article de la mort à l'instant ou je te parle, elle n'a plus assez de sang pour vivre, soit on trouve un moyen de lui en donner, soit elle va claquer sur la table à toi de donner les ordres !


Elle sursauta quand elle entendit la voix paniquée de Carlisle ... Elle le regarda même avec de grand yeux presque ahurit tout en lui prenant de la main le linge rempli de sang qu'il tenait pour le jeter, lui aussi dans le seau qui se remplissait à vu d'oeil ...

NON, ELLE NE MOURRA PAS ! et nous ferons tout pour que cela n'arrive pas, alors garde ton sang-froid et ouvre l'oeil.

Elle ne savait pas et elle était bien incapable de dire si cette femme allait s'en sortir, mais elle priait pour que cela soit le cas ... Elle avait vu la jeune mère pousser son dernier souffle et elle ne voulait pas revivre cela, alors elle priait pour que cette femme s'en sorte ...

Amarante, euh... voyons voir, il me faut, l'écarteur, une pince cannelée, de la charpie de coton, une aiguille courbe et du fil de soie.

Elle hocha la tête et pendant qu'ils faisaient rouler la table dans la pièce à côté, elle s'essuya les mains et prit tout ce que lui avait demander la Directrice ... Heureusement qu'elle savait a quoi ressemblait tout ce que lui avait demandé Isabeau. Elle avait eu un cours la-dessus. Elle posa donc le tout sur un plateau en bois et suivi le convoi dans la salle d'opération ...

Je suis prête Isa

Elle entra en dernier et posa son plateau a proximité de la Directrice. Elle refit son stock de linge propre et mis en place le seau qui servirait à recevoir les linges souillés de sang ...

Je suis prête aussi ...

Il ne restait plus qu'à voir si Carlisle avait retrouvé son calme ...
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle

avatar

Nombre de messages : 370
Localisation IG : Si je suis pas trop bouré je vous le dirait!
Date d'inscription : 20/12/2010

MessageSujet: Re: Une urgence   Mer 28 Sep 2011 - 19:21

Les paroles d'Isa ce voulait légèrement rassurante, cependant il n'avait pas tellement perdu son sang froid hein... Quand même pas !

Puis isa demandant à Amarante de faire quelques choses, presque absorbé par tout ce sang, il ne l'écouta qu'a moitier...
Mais fixa ensuite Amarante.


Je suis prêt aussi ! Je suivrais tes ordres.

Regardant ensuite Isa, il la questionna du regard.

Comment faire pour la bouger sans danger ?

Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-demeraude.forumgratuit.org/
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 29 Sep 2011 - 22:07

Nettoyer, recoudre, nettoyer, recoudre et éponger ... Entre Nonoua, Isabeau et Carlisle, elle voyait le stock de linge propre descendre a vu d'oeil. Le seau était déjà plein de linges rougit par le sang. Il en fallait d'autres et vite.

Je vais chercher d'autres linges, il n'y en aura bientôt plus ...

Sans plus attendre, elle quitta la salle d'opération à tout vitesse ...
Revenir en haut Aller en bas
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 29 Sep 2011 - 22:55

On avait poussé la table montée sur roue, dans la grande salle d'opération où se trouvaient à portée de main, tout un attirail de médecine..

Plusieurs tables étaient alignées avec, à leur côté, les mêmes petits meubles à tiroir emplis des mêmes instruments de chirurgie sur lesquels tronaient les mêmes linges et bassines.

On aurait pu, là, opérer toute une armée, pour peu que l'on ait assez de personnel qualifié.
Elle était très fière de cette salle et de la rénovation en général de cet hopital, qui était un modéle en matière d'installation. et d'entretien.

Le sol était lavé à grande eau chaque jour, les instruments méticuleusement nettoyés après chaque usage, et pour parfaire le tout, ça et là, dans des brûlots, se consommaient des herbes purificatrices.

Mais, il était temps de commencer, il fallait enlever ce satané trait au plus vite.

Amarante lui avait sorti et préparé, tout ce dont elle avait besoin et tout le monde semblait être prêt.


Ninoua, vous pouvez procéder à l'endormissement je vous prie, pendant que nous rinçons nos mains collantes.
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Urgence 2   Jeu 29 Sep 2011 - 23:03

Elle marchait en regardant souvent derrière elle pour voir si tout ce petit monde suivait bien ... Elle avait une drôle d'allure avec sa blouse taché de sang et sa longue natte de cheveux noirs dans son dos. Elle ne le montrait pas, mais toutes ces blessures lui mettait l'estomac en vrille ...

Elle avait fait le chemin en sens inverse sans ses linges, mais urgence oblige, elle irait les chercher en mettant tous les gardes dehors et elle se retrouvait maintenant devant la porte de la salle d'où elle était quelque instant avant. Elle la poussa de nouveau et ouvrit en grand les portes pour que les gardes qui portaient les blessés puissent passer ...


Entrez doucement et déposez les là ...

Elle regarda Isa et ses deux aides puis indiqua aux gardes où les installer ...

Vous mettez la femme ici sur cette table et l'homme là, sur celle-ci ...

Elle attendit que ses instructions soient exécutées puis elle mit dehors tout ce petit monde ...

Merci beaucoup messires de votre aide, mais maintenant vous devez tous sortir ... Il y a une salle pour vous où d'autre garde attendent ... Il faut sortir ...

Elle les poussa presque en dehors de la salle puis quand ils furent tous dans le couloir, elle sortit avec eux et referma la porte derrière elle, puis elle partit en courant dans la buanderie chercher tout le linge qu'elle transportait ...

Une fois fait, elle revint dans la salle les bras charger, entra et referma la porte de son pied ... Regardant Isabeau, elle lui expliqua ...


Je les ai trouvés dans l'entrée ...
Revenir en haut Aller en bas
laurelyne

avatar

Nombre de messages : 2472
Localisation IG : Embrun
Date d'inscription : 01/12/2010

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 29 Sep 2011 - 23:20

La route avait été longue depuis ce champs de désolation et Laurelyne n'avait eu de cesse de se relayer avec Henriot auprès de Sam qui tantôt gémissait, tantôt sombrait dans un semi coma qui lui tirait les traits et semblait lui ôter toute once de vie.
La charrette avait évité de son mieux les ornières mais les routes de France n'étaient guère carrossées et chaque secousse faisait plus ou moins grimacer celui qui n'était plus que l'ombre de lui même...
Arrivés à l'hôpital, ils avaient attendus des heures durant, voyant arriver un flot discontinu de blessés que le personnel soignant n'arrivait point à endiguer...

Enfin une attention leur fut portée par une charmante jeune femme que le manque de sommeil et la rudesse des dernières heures rendait fébrile. Elle semblait comme dépassée par les évènements et les accueillit avec empressement . Les blessées furent conduits dans une grande salle emplie d'instruments et dont la lumière crue tranchait avec la pièce voisine. laurelyne suivit les gardes veillant à ce que Sam soit installé comme il se devait.

Elle fut comme les autres mise bien vite hors de ce lieu afin que le corps médical puisse entrer en action.
Une longue attente commençait donc pour les gens de Poligny. Henriot la voyant inquiète et soucieuse vint vers elle et l'invita à s'asseoir.

Il nous faut attendre, nous en remettre aux dames en blanc et aussi à lui....Il leva les yeux vers le plafond tout en marmonnant...
Laurelyne hola tête regardant alentour à la recherche de son étoile et priant pour que tout se passe au mieux...
Revenir en haut Aller en bas
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 29 Sep 2011 - 23:50

Elle était penchée sur un seau, à se rincer les mains souillées du sang séché de la duchesse, quand Amarante, suivie d'une petite troupe fit irruption dans la salle.
Surprise, elle ouvrit grand les yeux et la bouche suivit le même mouvement idiot.

Mais... que diantre!

On leur amenait encore des blessés ?
Mais que s'était t'il donc passé!!

Et l'équipe qui n'était pas au complet....


Quelqu'un a vu Mirandor? Myliena ?
Ils devraient être dans l'hopital.

Qu'on les fasse quérir sur le champ, quelques bras de plus ne seront pas de trop.

Revenir en haut Aller en bas
somica

avatar

Nombre de messages : 5916
Localisation IG : Montélimar
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Ven 30 Sep 2011 - 16:32

Elle tenait bon, son arrière train et sa cuisse la faisaient souffrir mais elle était éveillée. Essayant de se trouver la position la plus confortable possible, elle regardait les personnes qui les déplaçaient dans une autre salle.

Des mots lui revinrent en mémoire...une voix qu'elle avait déjà entendu...Géro...La paix ! Somi, si tu peux encore tenir debout va donc prendre Plume mon destrier nous te ramenons à Valence pour te faire soigner. Avec Sam et Arwel ou encore la voix d'Ely So , je euh humm suis désolée.... Elle commençait à raccorder tour les morceaux...L'Ost meurtrière...

Elle ne savait pas si c'était de la colère ou de la pitié qu'elle ressentait, mais rien qui ne pardonnait ce qu'ils avaient fait. Elle espérait bien en reparler a Ely plus tard...Pour le moment la priorité n'était pas là.
Elle remercia d’un signe de tête la dame aux linges, qu’elle avait déjà croisé dans ces locaux…mais son nom lui échappait.

Elle fût touchée par la tendresse que pouvait apporter l’autre demoiselle a Sam…Puis ils fût remercier et tout le monde sortit de la pièce. Les minutes de silence semblaient interminables, là allongée, à côté d’un corps inerte, son ami …Elle ne pouvait pas rester sans rien faire. Si l’attente était aussi longue que le déplacement entre les deux salles, il allait mourir le samy, fallait le tenir un peu éveillée même si ce n’était que des paroles en l’air, ça ne ferait pas de mal non plus.

Elle se retourna vers sam puis l’interpella


Hey psiiit SAM !!
Tu ne vas pas te laisser aller hein !! Toi le sénéchal du LD, ça a de la force, ça tient le choc ces petites choses, t’es pas une mauviette hein ! Réveilles toi bon sang. Tu ne vas pas mourir après avoir reçu une branlée par L’Ost tout de même ! Tu vaux mieux que ça ! Allez bouge !ouvre un demi œil même ! M’en fiche mais fait moi un signe que je sache si tu m’entends ! Sinon je pille ta cave ! Et je mange et bois tout tes produits de luxe…Puis, il y a la demoiselle qui était là aussi…t’a l’heure pense a elle..etc…


Elle entra dans un monologue qui dura jusqu’à qu’elle entendit la voix d’Isa. Un sourire jusqu’aux oreilles, elle ne pût s’empêcher de lâcher un


Sauvez !!

Isa vite, le sam…si je peux aider dis moi ! je ferais de mon possible avec les membres en état qu'ils me restent..


Son visage marqué par l’inquiétude qu’il ne se réveille pas.

Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 1 Oct 2011 - 15:58

En charge de l'anesthésie, Ninoua s'était placée à la tête de la Duchesse de Clérieux pour ne pas gêner les autres soignants. Tout était prêt pour débuter l'intervention qui allait se montrer bien plus douloureuse que le simple nettoyage des plaies. Aussi, pour épargner à Arwel un surcroit de souffrances, la montagnarde tourna délicatement la tête de la jeune femme sur le côté et apposa l'éponge imbibée de mélange stupéfiant juste devant son nez et sa bouche. Les drogues volatiles qu'elle allait ainsi respirer la plongeront dans un état semi-comateux dans lequel elle ne ressentira plus la douleur. D'une voix apaisante, la brune s'adressa tout bas à la blessée pour l'aider à lâcher prise

Arwel, c'est Ninoua. Vous êtes à l'hospital du Pont du Rhône entourée des meilleurs médecins qui soient. Tout va bien se passer.
L'odeur est un peu forte mais vous devez respirer...


L’anesthésiste poursuivit son flot de paroles, surveillant le souffle de la patiente ainsi que l'expression de son visage et ses traits qui se détendaient peu à peu. Elle la pria de garder espoir, de respirer, de se laisser aller pour ensuite pouvoir se réveiller et se battre pour voir sa petite Armance grandir.
Lorsqu'elle estima qu'Arwel était hors d'atteinte de la souffrance qu'on allait lui infliger, Ninoua chercha le regard d'Isa mais celle-ci regardait en direction des portes de la sale d'opération qui venaient de s'ouvrir en grand. Sous leurs regards incrédules, deux nouveaux blessés furent conduits jusqu'aux tables d'opération voisines.
La Briançonnaise reconnu Somica qui tenait un véritable discours à ..
Mon Dieu, Sam ! .. qui gisait, inanimé. Au milieu des gardes-brancardiers, elle aperçu aussi Laurelyne, blanche comme un linge. Cette dernière ressortit avec les autres sous les injonctions d'Amarante sans avoir croisé le regard de Ninoua qui ne pouvait quitter son poste pour le moment. Comme elle aurait aimé la rassurer ! Isa demanda que l'on rameute les autres membres de l'équipe soignante d'urgence. Et s'ils ne venaient pas.. ? Elle préféra écarter cette idée de son esprit, tâchant de rester concentrée malgré la confusion qui régnait à présent dans la salle.

Arwel est prête, Isa

Garder son calme, sa discipline et n'obéir qu'aux ordres donnés par le chef d'orchestre. La situation venait de se compliquer encore plus que ce qu'elle n'était précédemment. Ça n'était pas le moment de perdre son sang froid !
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 1 Oct 2011 - 22:02

Rangeant son linge vite fait, elle vit Somica qui gesticulait ... Elle s'approcha doucement et lui sourit en lui tendant un linge ...

S'il vous plait Dame, restez allongé ... Plus vous bougez et plus votre plaie saigne. Je vais nettoyer les plaies de votre ami en attendant que les médecins puissent venir le voir, mais par pitié restez tranquille ... Tenez, mettez ça sur votre jambe et arrêter de vous agiter ... S'il vous plait ... Et je me nomme Amarante, mais vous pouvez dire Amy ...

Tout en lui parlant, elle remplissait une cuvette d'eau qu'elle approcha de la jeune femme ...

Est-ce que vous avez d'autres blessures à part celle de votre jambe ?

Elle continuait de lui parler puis elle se tourna vers la table où l'homme était installé et elle commença le nettoyage du visage. Il y avait du sang sur une tempe et dans le cuir chevelu et tout doucement, méthodiquement elle enleva le sang séché ...

Elle essayait de calmer les battements de son coeur ... Elle n'avait jamais vu autant de blessures de sa vie et en cet instant elle se demandait si elle était faite pour ça ... Ses mains tremblaient un peu, elle avait peur de faire plus de mal qu'autre chose. De temps en temps elle regardait vers Isabeau et Ninoua, priant pour qu'elles viennent vite à son aide ...

Elle regarda la Somica et lui fit un sourire qu'elle voulait rassurant ...


Savez-vous s'il y a d'autre blesser grave comme vos amis ? Que c'est-il passez ? Enfin, si vous le savez ...

Ce n'était pas de la curiosité, elle essayait simplement de la distraire de l'angoisse qu'elle sentait en elle ...

Elle venait de finir de nettoyer le visage de l'homme qui n'avait pas de blessures grave. Une petite égratignure au niveau des cheveux mais rien de grave. Elle entreprit ensuite de le dévêtir. Elle alla chercher une paire de ciseau et une dague pour découper les vêtements de ce lui qui était allongé là ...

Le mantel était imbibé de sang au niveau de l'épaule et elle déglutit ... Elle n'avait pas d'autre choix que de découper le mantel et les vêtements qu'il portait dessous ... Si elle le bougeait, ne serait-ce qu'un peu, elle risquait de le faire saigner et ça, elle ne voulait pas ... Elle fit sauter les boutons du mantel avec la dague et écarta les pans puis découpa le lourd tissu au niveau de la manche ...

Elle fit cela des deux côtés puis s'attaqua au pourpoint qu'elle découpa en son milieu avec la paire de ciseau puis continua son petit manège avec la manche pour enfin finir par la chemise ... Des lambeaux de tissus jonchaient le sol, mais elle put enfin découvrir la plaie ...
Revenir en haut Aller en bas
Mirandor

avatar

Nombre de messages : 1218
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 1 Oct 2011 - 23:58

Deux jours pour venir à Lyon depuis Dié... Mirandor ne s'était arrêté que pour changer de monture à chaque fois qu'il le pouvait... Il avait appris la nouvelle par des voyageurs... Pas même une missive pour lui apprendre l'état critique de sa fiancée... Les informations étaient des plus vagues, et plusieurs versions circulaient... Attaque de brigands, certains parlaient même de l'OST... Cette dernière théorie était d'ailleurs la plus répandue, malheureusement... Comment cela avait-il pu se produire ? Le Maire de Dié n'avait pas cherché à comprendre, et avait fait préparer sa monture sur le champ, laissant quelques mots à la nourrisse de la jeune Armance...

Encore affaibli par son opération de la tête, en plus du manque de sommeil et de nourriture, Mirandor arriva à Lyon épuisé... Mais son instinct de survie l'animait... Et même si sa propre vie n'était pas menacée, mais cet instinct s'était étendu à sa famille... Sa fiancée pouvait mourir à tout instant... La mère de son enfant ! Il sauta à terre, mais ses jambes ne pouvaient pas encaisser le choc... Il roula à terre, et se releva précipitamment, maîtrisant son équilibre de justesse à chaque pas... Il entra en trombe dans le hall, où se trouvaient de nombreux gardes et blessés légers... Il y avait du sang sur le sol, qui conduisait tout droit à la salle d'opération...

L'estomac du médecin se nouait un peu plus à mesure qu'il se rapprochait de la salle... Il rasait les murs, les percutait même de l'épaule dans les virages pour se stabiliser... La porte était en face, deux gardes à l'air abattu étaient à proximité... Mirandor était déjà sur eux avant qu'ils n'aient pu réagir...

La porte s'ouvrit violemment... Mirandor chuta au sol, entraînant un des gardes avec lui... Il était complètement paniqué, et n'agissait plus avec le calme et la retenue dont il faisait preuve habituellement... Il se releva brusquement, et se jeta auprès d'Arwel, ignorant la présence de ses collègues qui s'affairaient auprès d'elle...


Arwel, Arweeelll ! Non, non, non, non, NOOOOOOON !!
Revenir en haut Aller en bas
Arwel

avatar

Nombre de messages : 27285
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 2 Oct 2011 - 0:50

Une toute petite voix, au loin... Une petite voix qu'elle connaît... Une voix réconfortante... Des mots dont elle ne saisit pas vraiment le sens...

Arwel, c'est Ninoua. Vous êtes à l'hospital du Pont du Rhône entourée des meilleurs médecins qui soient. Tout va bien se passer.
L'odeur est un peu forte mais vous devez respirer...


Elle voudrait lui répondre, mais seul un gémissement réussit à franchir ses lèvres... Par Aristote... Cette odeur... Elle essaie de résister, elle a la nausée... Mais elle a tellement mal en même temps... Face à cette douleur, elle se dit qu'elle préfèrerait presque ressentir ce qu'elle ressent quand elle se dispute avec Phelim... Pourtant, on ne peut dire que cette situation ne la fait pas souffrir... Non... C'est vrai... Ne pas penser à lui, afin que le fil ténu qui la relie encore à la vie ne se brise pas... Ne pas penser qu'elle n'entendra peut-être plus jamais les voix des personnes qu'elle aime... les pleurs de sa fille... Ne pas penser qu'en voulant sauver la vie de son amie, elle n'a peut-être fait que précipiter sa mort... Entendre à nouveau les reproches de Phelim... les mots d'amour de Mirandor... les grognements de Rai... les silences de Thib... les bougonnements de Sam... les discussions chiffon de Plume... les plaisanteries de So... Oh... on dirait que le mélange de Ninoua fait effet... Arwel n'est plus en mesure de sentir quoi que ce soit, ni d'entendre qui que ce soit...

Dans les brumes stupéfiantes, cependant, il lui semblait percevoir le cri de l'amour...
Revenir en haut Aller en bas
somica

avatar

Nombre de messages : 5916
Localisation IG : Montélimar
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 2 Oct 2011 - 10:54

Se calmer, fallait qu’elle se calme. Rester immobile, elle n’aimait pas ça la so’ surtout quand elle voyait l’étendu des tâches à effectuer autour d’elle. La demoiselle au linge se présenta, ce qu’elle fît aussi.

Bonjour dame amarante je vais essayer de ne plus bouger, moi c’est so’. Mise a part ce garrot a la cuisse qui compresse une bonne entaille donnée par une épée, j’ai l’arrière train qui a été piqué aussi mais il résistera sinon rien d'autre. Le tout est que je récupère ma jambe se sera le principal.

Une grimace de douleur quand elle se remit sur le dos tout en essayant de répondre aux questions de la demoiselle.


Je ne pense pas qu’il y ait d’autres blessés. Nous étions que trois dans notre lance, sauf si un autre groupe s’est fait également agressé. Mais je n’es rien entendu aux alentours en tout cas. Pour ce qu’il s’est passé, il semblerait que l’Ost nous est confondu avec un troupeau de bêtes sauvages…ils se sont acharnés sur sam et wel comme vous pouvez le voir et moi je devais avoir la peau trop dure, ils m'ont juste entaillé la cuisse et le haut du séant...

Un soupire puis, elle l'observait travailler autour de Sam, elle s'appliquait , calme, il était entre de bonnes mains puis ajouta


Pourrais-je vous demander un service dame ? J’aurais besoin d’une plume et d’un bout de missive si c'est possible.

Quand elle vit mimi rentrer et se jeter sur wel. Elle le regarda faire puis chuchota.

Elle est forte ta fiancée, elle a fait face a un écureuil géant, c’est pas un Ostien qui va lui faire perdre la vie !

Elle essayait de faire un peu d’humour dans tout ça…mais…rien n’était encore gagné…

Revenir en haut Aller en bas
 
Une urgence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Rôle Play du Château de Lyon :: 9 - Colline de Fourvière :: Hospital du Pont du Rhône :: Salle commune-
Sauter vers: