AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une urgence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 2 Oct 2011 - 12:00

Dans toute cette agitation qui régnait maintenant dans la salle, c’est le second médecin, en la personne de Mirandor qui déboula non sans fracas, pour se ruer vers Arwel.

Restant un instant interdite, devant ce spectacle, Isabeau sentait les battements de son cœur s’accélérer.
La responsabilité était lourde.
Elle comprenait parfaitement la situation et la réaction de Mirandor, provoquée par l’émotion.
cependant il fallait réagir afin que chacun recouvre son calme et ce n’était pas le moment que le deuxième médecin perde son sang-froid.

Elle posa sa main sur son coude, l’invitant doucement à s’éloigner.


Mirandor, je comprends ton désarroi mais crois-moi, vu ton état, il vaut mieux que tu me laisses intervenir avec Arwel.
Sam a aussi besoin de soins urgents et Somica probablement, il faut voir ce qu'il en retourne.
Une deuxième herboriste devrait arriver en renfort pour t’aider.


Puis plus doucement, en lui tapotant l’épaule, elle ajouta:
Cela va aller, ne t’en fais pas, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te la ramener .

Elle se tourna ensuite face à l’équipe :
Vous savez tous ce que vous avez à faire, alors allons y et qu’Aristote guide nos mains et insuffle force aux blessés

Sur ces dernières paroles, elle attrapa l’écarteur , jeta un regard vers Carlisle pour s’assurer qu’il était fin prêt , acquiesça d’un signe de tête à l'encontre de Ninoua, qui lui annonçait qu’elle pouvait opérer maintenant, et entreprit, doucement, très doucement, d’écarter les chairs de la blessure de la duchesse, afin de dégager l'accés pour faciliter l’extraction du trait .
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 2 Oct 2011 - 16:47

Elle écoutait les explications de So tout en ouvrant à son découpage en règle des vêtements de qualité que portait cet homme ... Si sa belle-soeur la voyait détruire comme cela les ouvrages qu'elle s'évertuait à créer, elle lui arracherait les yeux pour sûre ...

Pourrais-je vous demander un service dame ? J'aurais besoin d'une plume et d'un bout de missive si c'est possible.

Alors qu'elle découvrait petit à petit le corps de cet homme, elle tourna son regard vers So et hocha la tête pour lui signifier qu'elle aurait son parchemin. Enlevant les derniers morceaux de la chemise, elle découvrit le haut du corps et elle retint sa respiration en voyant que tout son torse était tuméfier. Il y avait des bleus de partout dont-un plus important au niveau de l'épaule ...

Quand elle s'approcha de la dite épaule, elle vit une tache de sang qui grossissait a vu d'oeil. Au moment où elle allait se tourner pour en faire part a Isabeau, la porte s'ouvrit dans un grand fracas qui la fit sursauter plus que de raison et elle tourna un regard presque apeuré sur l'homme qui venait d'entrer ...

Elle respira un bon coup quand Isa le prit à part pour le calmer un peu, puis elle s'approcha d'eux en retrouvant un peu de son calme intérieur ...


Excusez-moi, mais l'homme saigne énormément de l'épaule, mais ça saigne de derrière et il a le corps rempli de bleu ...

Elle voulait bien aider, mais elle ne savait pas comment arrêter le saignement. Son regard passait d'Isa a Mirandor cherchant lequel des deux allait venir et avant de suivre Mirandor qui allait s'en occuper, elle partit vers le petit secrétaire non loin et revint avec le parchemin et l'encre que lui avait demandé Somica ...

Elle le tendit à la jeune femme ...


Tenez ! Voici ce que vous m'avez demandé ...

Puis elle reprit sa place auprès de Sam qui saignait toujours ... Elle regarda Mirandor qu'elle ne connaissait pas, attendant ses instructions, le coeur battant et les mains moites ...

Je suis prête messire ! Que dois-je faire ?
Revenir en haut Aller en bas
istanga de lendelin

avatar

Nombre de messages : 447
Localisation IG : Vienne
Date d'inscription : 20/01/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Mer 5 Oct 2011 - 12:55

Isabeau m'a fait mander, afin que je renforce l'équipe médicale par mes connaissances en heboristerie et autres dons. On m'a annoncé que la Duchesse de Clérieux, le Seigneur de Poligny sur Drac et Dame Somica étaient grièvement blessés. Je me demande si ma présence est vraiment souhaitable puis me raisonne. Je ne crois pas que leur état leur permette de refuser des soins, d'où qu'ils viennent.

J'arrive ainsi dans la salle d'opération, après m'être vigoureusement brossé les ongles et lavé les mains, portant un gros sac de cuir dans lequel j'ai déposé quelques fioles d'essences dont j'ai le secret, et des sachets de plantes fraichement cueillies, pour le cas où Ninoua en manquerait.

Je me dirige vers Isabeau qui, en sa qualité de médecin-chef, devra m'indiquer le blessé dont j'aurais à m'occuper.


Bonjour, Isabeau. Me voici. Où en est-on?
Revenir en haut Aller en bas
Mirandor

avatar

Nombre de messages : 1218
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Une urgence   Mer 5 Oct 2011 - 23:28

Trop tard, elle était inconsciente... Il serra les dents, entendant à peine ce qu'il se passait autour de lui... Le temps s'était figé, son monde s'écroulait... Une fois de plus, il se voyait perdre la femme qui avait changé sa vie... Et sans elle, cette vie n'avait plus beaucoup de sens... Il serra les dents, regardant le corps inerte de la Duchesse... Il ne sentait venir aucune larme, juste une colère qui n'attendait plus qu'à sortir...

Il sentait le bras d'Isa le tirer doucement en arrière... Elle lui parlait, mais ne saisissait pas tout... En reculant lentement, il fixait toujours Arwel et examinait la gravité de la situation... Visiblement, une mauvaise blessure à la tête, quelques larges coupures bénignes, hématomes et... un carreau brisé dans la cuisse... Il avait de quoi être préoccupé... Il leva les yeux, et porta son regard perdu sur Ninoua... Il avait confiance en elle...

Il sursauta légèrement lorsque Isabeau lui tapota l'épaule... Il la regarda à son tour, écoutant distraitement ses paroles qui se voulaient rassurantes... Il avait également confiance en elle... Il se calma légèrement, ravalant sa colère, desserrant les dents et les poings... D'accord... Il était de toute façon trop risqué d'intervenir sur Arwel... Ce n'était pas la première fois qu'il la voyait dans cet état... Et il savait de toute façon à quel point il était insupportable pour lui de plonger ses mains dans son sang...

Il se détourna brusquement, faisant les cents pas les bras croisés, tandis que le médecin-chef remotivait l'équipe... Mirandor respirait fort, mordant sa joue en réfléchissant... Il remarqua que les gardes qu'il avait bousculé le regardaient d'un air renfrogné, et leur claqua la porte au nez... Bon, bon... Que faire... Un sourcil levé, l'air maussade, il jeta un oeil vers Sam et Somica... L'élève infirmière fit remarquer l'état préoccupant du Bailli... Soit ! Il allait s'en occuper...

Il se lava les mains soigneusement, laissant le temps à Amarante se reprendre son poste... Elle le regardait, attendant des instructions... En temps normal, il lui aurait esquissé un sourire réconfortant, mais cette attention ne lui vint même pas à l'esprit... Les plaies avaient été nettoyées, mais le sang persistait à s'écouler... Principalement de l'épaule... La blessure était bien vilaine...


Du vin, allez me chercher du vin... Au pire, du vinaigre... Et une blouse...

Il prit de la charpie de coton, se refusant de regarder dans la direction de sa fiancée... Non, il fallait rester concentré... Il tamponna la longue entaille, palpant l'épaule de l'autre main... Un tel coup aurait pu lui briser la clavicule... Mais au moment où il faisait l'examen, il entendit derrière lui une voix s'adressant à Isa, d'un air qui lui semblait bien léger... Troublant, compte-tenu des circonstances...

Il se retourna, et vit Istanga... Son sang ne fit qu'un tour... Etait-ce elle la seconde herboriste ? La colère lui remontait...


Que fait-elle là ?? C'est un traître au Duché ! Je vous interdit de vous approcher d'Arwel !

Il la pointait du doigt, menaçant... Elle pouvait faire partie de l'hospital, son statut de traître ne lui donnait pas le droit de soigner des conseillers ducaux... Et ce, quelle que soit la situation...

Reculez... Gaaardes !!
Revenir en haut Aller en bas
istanga de lendelin

avatar

Nombre de messages : 447
Localisation IG : Vienne
Date d'inscription : 20/01/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 6 Oct 2011 - 7:30

Attendant la réponse à ma question, posée sur le ton du détachement professionnel, garant d'un sang froid indispensable à l'exercice de la médecine, je suis un peu surprise de la réaction de Mirandor.

Nous ne sommes pas en place publique, à faire de la politique, Messer...
Je suis ici pour soigner, aider à remettre sur pied des blessés.
Des patients gravement atteints, visiblement....
je jette un regard inquiet sur les blessures du Bailli.
De même qu'un prêtre entend tout être en confession, un médecin soigne en faisant fi de ses convictions et des sentiments qu'il éprouve pour le malade.
Se laisser entraîner par ces sentiments rend les gestes plus fébriles et moins précis.


Je me tourne vers Isabeau, médecin-chef.


Dois-je rester?
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Jeu 6 Oct 2011 - 21:18

Elle laissa au médecin le temps de se remettre de cette émotion douloureuse, qu'elle comprenait très bien. Il n'était jamais facile de voir une personne aimée entre la vie et la mort. Elle ne savait pas comment elle réagirait si sa fille se trouvait dans cette situation. Elle avait déjà eu de grosses frayeurs quand Elorn, son petit protégé s'était attaqué, mais là c'était autre chose, car la personne allongée là n'était pas un enfant, mais une âme soeur ...

Du vin, allez me chercher du vin... Au pire, du vinaigre... Et une blouse...

Enfin il réagissait et elle hocha la tête au commandement, puis tourna les talons pour aller chercher ce qu'il lui avait demandé. Elle se dirigea vers le grand buffet et sur un plateau, elle déposa une cuvette, un pichet de vin et elle attrapa une blouse qu'elle posa sur son épaule et revint près de lui avec le nécessaire, qu'elle déposa sur la table à proximité.

La porte s'ouvrit de nouveau à ce moment-là et une femme entra. Apparemment, elle faisait partie du corps médical, mais elle n'y prêta pas plus d'attention, elle avait du pain sur la planche avec l'homme allonger là. Seulement c'était sans compter l'explosion de voix de Mirandor qui la fit sursauter tellement c'était inattendu ...


Que fait-elle là ?? C'est un traître au Duché ! Je vous interdis de vous approcher d'Arwel !
Reculez... Gaaardes !!


Remise de sa surprise, elle regarda la nouvelle venue avec de grands yeux étonnés. Elle qui trouvait le Périgord mouvementé en ce moment, voyait qu'ici, ils n'étaient pas en reste ... Poussant un soupir, elle attendit que les humeurs se calment. Elle prit la blouse et la tendit à Mirandor sans rien dire. Il verrait bien qu'elle était revenue à un moment ou à un autre ...
Revenir en haut Aller en bas
somica

avatar

Nombre de messages : 5916
Localisation IG : Montélimar
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Ven 7 Oct 2011 - 15:20

L’attente était interminable, serrant contre sa poitrine le parchemin que lui avait transmis Amarantine, So’ pensait a son village, son retour, son aimé, elle ne souhaitait qu’une chose…Rentrer…Quitter ses odeurs d’éther qui lui donnait la nausée, quitter ses hurlements incessants, ses gémissements , se sang qui s’éparpillait de plus en plus sur le sol de la salle et cette présence...celle que l'on ressent quand la faucheuse n'est pas loin. Celle qui attend que l'humain lâche prise, angoissante, prenante,.... Toutes les personnes présentes se hâtaient a soigner les plus touchés. Elle observait a sa droite et se mit a murmurrer

Wel, …Réveilles toi !


A sa gauche

Sam…Ne vous laissez pas happer par elle...

Elle se sentait seule parmi toute cette agitation et ne savait plus que faire... cette jambe qui prenait de plus en plus la couleur des ténèbres. Quelques larmes roulaient sur ses joues, s'en était trop... Elle ne pouvait plus attendre. Elle commença par informer son aimé de ce qu’il s’était passé en écrivant quelques mots sur le parchemin, puis décida de retirer seule le garrot de sa jambe…Elle ne pouvait la perdre.

A cloche pied, elle alla récupérer un maximum de linges qu’elle déposa a proximité. Elle commença a desserrer le lambeau de tissu , et pour éviter cette fois le jet de sang, elle apposa directement le linge dessus pour faire compression. La circulation était revenue mais il ne fallait pas trop que les sutures ne tardent de trop…déjà le linge avait perdu de sa blancheur et rougissait. Elle n’était pas un réservoir de sang sans fond…

Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 8 Oct 2011 - 16:09

Une fois Arwel anesthésiée, elle n'avait qu'à surveiller le lent battement de la jugulaire et le soulèvement de la poitrine de la jeune femme, ces deux paramètres vitaux. Si les drogues étaient trop fortes, le palpitant et la respiration pouvaient ralentir jusqu'à s'arrêter. Aussi, une surveillance attentive était requise. Ninoua lui soutenait toujours la tête qu'elle avait tourné sur le côté pour éviter que l'endormie n'avale sa langue, et lui parlait de ce même ton apaisant. En réalité, le sens des mots importait peu, c'était l'intonation qui faisait surtout effet.

Lorsqu'elle n'était pas à regarder les préparatifs d'Isabeau, la montagnarde encourageait Amarante d'un signe de tête. Elle n'imaginait peut-être pas à quel point son aide était précieuse. L'état de Sam était aussi préoccupant et la brune tâchait d'estimer l'étendue des dégâts à mesure que l'infirmière transformait ses vêtements en lambeaux. Chacun oeuvrait à sa tâche lorsque Mirandor fit irruption dans la salle d'opération, roulant boulant avec un garde qui devait se trouver devant la porte. Le Diois se jeta sur Arwel, fou d'inquiétude et lorsqu'elle croisa son regard désespéré, l'anesthésiste sentit son coeur se serrer. Elle tenait entre ses mains une mère, une fiancée, une amie. Quelqu'un dont la disparition causerait chagrin et désolation pour certains. Alors dans son regard, elle fit comprendre à Mirandor qu'elle savait l'importance de sa tâche et qu'elle la mènerait à bien du mieux qu'elle le pourrait.

La médecin-chef sembla trouver les mots pour éloigner l'homme en plein désarroi et ce dernier se retourna sur le Bailli. Chacun était donc occupé ; Isabeau, Carlisle avec la Duchesse de Clérieux, et Mirandor et Amarante avec l'Embrunais. Tout semblait se remettre en ordre, mais il suffit que la directrice de l'Hospital commence son intervention pour que la porte s'ouvre à nouveau ! Bigre, allaient-ils y arriver un jour ?!

C'était Istanga qui, après seulement quelques mots et pas dans ce lieu, reçu un accueil virulent du Diois. Les acteurs s'immobilisèrent à nouveau et c'est peut-être parce que tout le monde regardait la scène que personne ne vit tout de suite que Somica s'était levée. Ce n'est que lorsqu'elle retourna sur sa table en boitant et en portant de la charpie que Ninoua s'exclama


So ! Restes donc allongée, il ne faut pas que tu t'agites

Mais l'interpelée ne sembla pas entendre. Elle s'était néanmoins réinstallée sur le bois de sa table d'opération et tentait à présent de...

Somica ! NON !

Ninoua se précipita sur la malheureuse sans plus faire attention à la nouvelle arrivante. Maintenant qu'elle se tenait près d'elle, la Briançonnaise aperçu les larmes de la dioise qui avaient dessiné des sillons sur ses joues crasseuses, elle considéra aussi l'état de sa jambe bleuie et le tas de linge rougit que la blessée pensait substituer au garrot. Ce dernier était sans doute devenu insupportable. Mais il était le seul rempart efficace contre l'hémorragie. Il fallait agir !
Tiraillée, la montagnarde se tourna vers Isabeau et chercha son regard, son approbation


Isa..
Revenir en haut Aller en bas
dame-isabeau

avatar

Nombre de messages : 12370
Localisation IG : valence
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Une urgence   Dim 9 Oct 2011 - 18:27

C’est dans cette une salle d’opération en effervescence qu’il leur fallait tous, lutter contre la mort, blessés et soignants
Certes, ce n’était pas inhabituel, le personnel médical était rompu à ce jeu du : contre le temps, mais là c’était différent.

Des éclats de voix, de l’agitation, la garde, pénétrant en ces lieux, tout était réuni pour perturber ce lieu de soin , celui de la dernière chance pour les blessés qui rassemblaient leurs dernières forces et comptaient sur eux .

L'effet de surprise passée, le médicastre, pressée d’intervenir sur cette méchante blessure qui prenait des teintes peu encourageantes, intervint à son tour.


Istanga, il nous faut des remèdes, des emplâtres , pour prévenir suppuration et réparation des chairs malmenées, des potions anti douleurs qui se feront sans nul doute sentir, veuillez, je vous prie aller à l’herboristerie, nous préparer tout ce dont nous aurons besoin et ne lésinez pas sur la quantité.

Un bref coup d’œil à l’encontre de Ninoua et de Somica dont l’état commençait aussi à devenir alarmant.
S igne de tête en guise d’approbation envers l’herboriste qui s’apprêtait à user de tous les moyens possibles pour endiguer le flot de sang qui ne cessait pas malgré la compression de la main.
Que ce soit avec l’alun de roche ou des étoupes de vin chaud et de blanc d’œuf, tout moyen ayant fait ses preuves, était bon à tenter, avant que d’en venir à la cautérisation au fer chaud.


Mirandor avait, de son côté, rejoint le bailli, chacun était à présent en de bonnes mains.
Son aide ayant soudainement disparu dans tout ce tumulte, , elle appela la jeune infirmière, pour l’assister, car elle ne pourrait y arriver sans aide.
Attrapant l’écarteur sur le plateau, elle le positionna avec précaution, repoussant les chairs contusionnées afin d’avoir meilleure vision.

Que le très haut soit loué, le trait était commun et céderait sans doute facilement! murmura t'elle

Amarante, tenez l’écarteur en cette position et surtout, ne tremblez et ne faiblissez pas surtout.

Elle attendit qu’elle prenne la relève en positionnant sa main comme il se devait sur l’instrument, enlevant la sienne pour se saisir alors de la pince cannelée avec fermeté ,, elle enserra le trait malfaisant qu’elle extirpa très doucement, procédant millimètres par millimètres , évitant autant que possible d’endommager les vaisseaux.

Dans la pièce, l’odeur douçâtre du sang avait remplacé celui des herbes odorantes, le silence n’était rompu que par le cliquetis des instruments d’étain, chacun s’affairait au mieux .
De grosses gouttes de sueur perlaient à présent sur le front de la médecin chef , l’intervention étant délicate, la concentration était à son comble.
D’un revers de manche rougeâtre, elle s’essuya, mais sa main droite , maintenant toujours la pression, n’avait pas faibli.

Pendant tout ce temps elle s’assura que la duchesse dormait toujours paisiblement, vérifiant mainte fois la régularité de sa respiration
Enfin, après de longues minutes interminables, sur une dernière pression, le trait apparut au bout de la pince, sans plus d’incident.
Elle laissa alors échapper un soupir de satisfaction, avant de jeter le tout dans la bassine.


Vous pouvez enlever l’écarteur Amarante, merci de votre aide.

Il ne restait plus qu’à nettoyer et recoudre
Revenir en haut Aller en bas
istanga de lendelin

avatar

Nombre de messages : 447
Localisation IG : Vienne
Date d'inscription : 20/01/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Lun 10 Oct 2011 - 14:15

Haussant les épaules, désabusée, je regarde les politiciens faire campagne au-dessus du lit des patients.

J'acquiesce sans un mot à la demande du médecin-chef et pars accomplir mon devoir vers l'herboristerie, pas certaine que l'on accepte ne serait-ce qu'un seul emplâtre préparé par mes soins.
Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Mar 11 Oct 2011 - 22:50

Le général de l'armée hospitalière lui donnait son accord, la seule chose que Ninoua attendait avant de se remettre en mouvement, animée par cette urgence qui la faisait se sentir vivante, exaltée. Non pas qu'elle se réjouissait des souffrances et des blessures, mais se sentir utile pour autrui la transportait. Ses mains encore sur celles de Somica qui pressait la plaie de sa cuisse droite, l'herboriste se changea en chirurgienne

Continue d'appuyer, de toutes tes forces !

La montagnarde était impressionnée par la résistance de la Dioise qui restait encore lucide malgré la douleur et la perte sanguine. Mais il y avait une fin à tout, aussi elle se pressa de rassembler tout ce dont elle aura besoin, habituée à agir seule au dispensaire de l'Imprenable. Le flacon contenant la potion stupéfiante fut récupérée près d'Arwel et une nouvelle éponge se trouva bientôt imprégnée de drogues. Rapidement, Ninoua vérifia que l'état de la Duchesse restait stable puis retourna auprès de Somica pour lui tendre l'éponge.

Tu vas te rallonger et tenir ça sous ton nez pour respirer les vapeurs. Elles t'aideront à moins sentir la douleur

Ses mains avaient pris le relais et lorsque la Dioise se coucha et essaya de se détendre, la Briançonnaise pu observer la blessure de plus près, entre deux tamponnements. Le coup était mauvais, mais par chance, aucun élément noble n'était atteint. La soignante attrapa le pot de "poudre rouge" et en saupoudra une bonne dose directement sur la plaie avant de reprendre sa compression. Après un regard sur Somica pour s'assurer que l'éponge faisait son effet, Ninoua souleva avec précaution le tampon de charpie. La recette de Guy de Chauliac faisait son effet ; le mélange d'aloès, de bol d'Arménie, d'encens, de noix de galles, de mastic, et de sang-dragon coagulait l'hémorragie. En son for intérieur, la chirurgienne en herbe rendit grâce à son maître à penser. Son traité de chirurgie avait longtemps servit de livre de chevet à la montagnarde, lorsqu'il n'avait pas carrément servit d'oreiller.
Elle continua néanmoins à comprimer la plaie. Il aurait été fâcheux de suturer une blessure qui pouvait se remettre à saigner par après et causer des complications pouvant se révéler mortelles. Elle en profita pour contrôler comme elle le pu l'état d'Arwel, deux tables plus loin, avant de revenir à Somica
Revenir en haut Aller en bas
Amarante

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation IG : Quelque part ...
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Une urgence   Mer 12 Oct 2011 - 10:23

Bras tendu vers Mirandor, elle attendait que celui-ci prenne la blouse, mais c’était sans compter l’appelle de la Directrice qui lui demandait de venir l’aider. Elle n’avait pas vu que Ninoua c’était pencher sur le cas Somica et sa blessure a la jambe. Elle posa donc la blouse du médecin juste à côté de lui sur la table a proximité et partit près d’Isabeau …

Amarante, tenez l’écarteur en cette position et surtout, ne tremblez et ne faiblissez pas surtout.

Prenant une bonne inspiration, elle posa ses mains sur l’écarteur en essayant de trembler le moins possible. Sans trop bouger, du moins elle l’espérait, elle regardait Isabeau opérer, très impressionné, il fallait bien l’avouer. Avec des mouvements très précis, elle retira enfin le bout de la flèche fiché dans la chair de la jeune femme …

Vous pouvez enlever l’écarteur Amarante, merci de votre aide.

Elle hocha la tête et c’est avec un grand soulagement et des doigts crispés qu’elle relâcha la pression sur l’écarteur pour enfin l’enlever et le poser sur une table. Une tremblante quand même de ne plus avoir à être tendu comme ça, elle regarda Isabeau …

Voilà, je l’ai enlevé. Que dois-je faire maintenant ?

Allait-elle rester auprès de la Directrice où retourner aider Mirandor. Là était toute la question …
Revenir en haut Aller en bas
somica

avatar

Nombre de messages : 5916
Localisation IG : Montélimar
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Mer 12 Oct 2011 - 11:35

Isa...

Un signe de tête en guise d’approbation en direction de Ninoua qui avait pris en main sa situation, son premier coup d’œil sur sa cuisse ne rassurait pas du tout la So’. Pourquoi débuter un bout de phrase et ne pas la continuer, qu’est- ce qu’elles se disaient à travers le regard, que interpréter ? Et en plus elle ne devait pas bouger….Son ventre n’était plus qu’un nœud, tremblante non de mal mais de peur, elle observait Ninoua agir. Du matériel, des herbes, des drogues, Ninoua préparait tout, elle avait le sentiment qu’on allait l’amputer a vif…Son cœur battait la chamade, elle surveillait le moindre geste de Ninoua et essayait d’imaginer ce qu’elle allait faire…Elle enviait presque Sam et Wel qui étaient inconscients, au moins ils ne voyaient pas ce qu’on allait leur faire.

Continue d'appuyer, de toutes tes forces !

Oui oui j’appuie dit-elle d’une voix pas rassurée du tout.

L’observant faire ses allés retours entre Arwel et elle, elle tenait les linges fortement quand elle revint en lui demandant de s’allonger…Ah…mais…heu…je veux voir moi ! Et pis non, finalement se sera mieux que je ne vois pas, elle s’exécuta et prit l’éponge que lui tendait Ninoua. Elle l’observa aux premiers abords, beaucoup d’odeurs s’en dégageaient, inconnu, elle se méfia au départ…Puis finalement fît ce que lui avait demandé Ninoua

Elle mit l’éponge sur son nez et prit une forte inspiration, elle écarquilla les yeux. Ça décapait les voies respiratoires au début ces drogues, puis elle se sentit…comme apaisée…Ses paupières devenaient lourdes, elle se laissa bercer par l’effet des drogues. Aimant l’effet que ça lui produisait, elle en reprit une autre bouffée, un sourire s’affichait sur son visage, puis une autre, puis une autre…Elle se lâchait complétement autant moralement que physiquement. Trop bien les drogues... Sans gène, elle lâcha un gros pet bruyant dans la salle et ne pût s’empêcher de se tordre de rire, gesticulant dans tous les sens. Elle observa Ninoua en riant bêtement, pleine d’entrain elle se mit a chanter, sans se soucier de ce qui l’entourait. Il était certain, elle avait oublier sa cuisse, mimant comme elle pouvait la chanson en même temps, pliée de rire elle se dit que la petite mixture était très efficace !


Quand la boiteuse s'en va au marché (bis)
Elle n'y va jamais sans son panier (bis)
Et elle s'en va le long de la rivière
Tortillant du cul,des fesses et du derrière
....

Puis dans le feu de l'action, apposa l'éponge sous le nez de Ninoua.

Tiens essaie, c'est super !
Revenir en haut Aller en bas
Mirandor

avatar

Nombre de messages : 1218
Localisation IG : Dié
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Une urgence   Lun 17 Oct 2011 - 23:55

Mirandor fusillait Istanga du regard, surveillant ses moindres faits et gestes... Il était rouge de colère à la voir en ce lieu... Et cela n'avait rien à voir avec la politique... Lui-même mettait de côté ses convictions lorsqu'il pratiquait... Mais là, c'était plus qu'un problème de politique... Un traître au Duché peut avoir aidé à sauver quelques personnes, cela n'en reste pas moins un traître... Une personne qui ne mérite que le mépris tant qu'elle ne s'est pas repentie... Il détourna son regard qu'une fois qu'Istanga eut quitté la salle d'opération...

Il respirait bruyamment, le coeur battant et les oreilles bouillantes... Il fallait se calmer... Le pauvre Sam n'allait pas mieux avec tout ça, et le sang continuait de s'écouler lentement... Pendant qu'il s'était énervé, Amarante n'avait heureusement pas chômé... Le vin était présent, ainsi que la blouse... Mais la jeune femme était partie aider Isa, et n'allait donc pas s'en plaindre... Il attrapa la blouse, l'enfila rapidement puis se souvint de ce qu'il faisait avant d'être perturbé... La clavicule s'était brisée lors du choc, et le médecin devait réduire la fracture... Le blessé était inconscient, mais on pouvait remarquer qu'il respirait encore... Mais pour combien de temps ?

La fracture réduite, il fallait arrêter le saignement... Mirandor versa un peu de vin sur la plaie, tamponnant avec de la charpie de coton... Quelques petits bouts d'os remontaient à la surface, provenant de l'omoplate... Il saisit une pince longue pour extraire une esquille coincée dans les chairs... Une dernière rasade de vin, et la blessure était propre... Le sang avait toutefois du mal à coaguler... Mirandor fronça les sourcils, regardant autours de lui... Ninoua semblait avoir de quoi l'aider...


Ninoua, qu'est-ce donc ? demanda-t-il en désignant le pot qu'elle avait posé à côté d'elle, tandis que Somica partait dans un délire...
Revenir en haut Aller en bas
Ninoua

avatar

Nombre de messages : 2837
Localisation IG : Briançon
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Une urgence   Sam 22 Oct 2011 - 20:09

L'hémorragie stabilisée, la chirurgienne saisit le fil de soie et l'aiguille courbe et fit passer le premier par le chas de la seconde. Un coup d'oeil à Somica lui apprit qu'elle était bien plus occupée par l'éponge que par les soins qu'on lui prodiguait et c'était plutôt une bonne chose. Ainsi, elle se tiendrait tranquille pendant la suture. Les berges de la plaie n'étaient certes pas très régulières, mais elles étaient saines. Il faudrait serrer suffisamment le fil et la cicatrice ne serait pas très esthétique, mais on ne pouvait faire autrement.
Ninoua s'appliqua autant que possible et les points de suture s’égrainèrent lentement mais méticuleusement pour qu'à défaut d'être belle, la future cicatrice soit au moins régulière. L'apothicaire songeait déjà à l'onguent qu'elle concocterait à Somica pour estomper le vilain souvenir de cette terrible nuit.

Le dernier point posé, elle se redressa pour saisir une lancette, et c'est à ce moment là que les intestins de la Dioise se relâchèrent au point d'évacuer .. euh .. le stress ! En effet, il arrivait qu'un patient en arrive à extérioriser ainsi certaines tensions. Par chance, il s'agissait là que de flatulences et le nez de la Briançonnaise s'était détourné à temps de la zone "à risque". Parfois, lors d'une anesthésie totale, il n'y avait pas seulement le bruit et les odeurs !
Gênée pour elle, la brune regarda Somica qui pouffait de rire, inconsciente du burlesque de la situation. A s'agiter ainsi, elle risquait de mettre en péril l'hémostase. Si les saignements reprenaient, il faudrait tout recommencer. D'un ton calme, la chirurgienne tenta de freiner les "ardeurs" de la Dioise


So, calme-toi, il faut encore faire le...

Ninoua, qu'est-ce donc ?

Ninoua se souvint que Mirandor se trouvait dans son dos à s'occuper de Sam. Misère, il devait se demander l'origine du bruit, de l'agitation, et peut-être même de l'odeur ! Le rose aux joues, la brune se retourna vers lui, prête à tout lui expliquer, mais elle comprit bien vite en le regardant qu'il parlait de l'hémostatique qu'elle avait utilisé plus tôt.

Oh, ça ? C'est la fameuse poudre rouge de Guy de Chauliac. Il l'utilisait pour maîtriser les hémorragies. Tu connais ? Quand la boiteuse s'en va au marché C'est un mélange d'aloès, Quand la boiteuse s'en va au marché de bol d'Arménie, Elle n'y va jamais sans son panier d'encens, Elle n'y va jamais sans son panier de noix de galles, Et elle s'en va le long de la rivière de mastic, et de sang-dragon Tortillant du cul,des fesses et du derrière

Et tout d'un coup, Somica lui flanqua l'éponge imprégnée du mélange stupéfiant sous le nez. La chirurgienne sursauta et eu un mouvement de recul avant de chasser en vitesse la main de la blessée et de sermonner cette dernière

Nom d'un dahu, Somica, il suffit ! Tiens-toi tranquille et garde cette éponge sous ton nez !

Bigre ! Les Diois réagissaient bizarrement à l'anesthésique. L'effet Clairette ?
Si elle continuait à s'agiter ainsi, il faudrait avoir recours à des méthodes plus ... radicales !
Revenir en haut Aller en bas
 
Une urgence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Rôle Play du Château de Lyon :: 9 - Colline de Fourvière :: Hospital du Pont du Rhône :: Salle commune-
Sauter vers: