AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 20:26

Un rappel ici de ces commémorations pour le souvenir.
J'ai remis les prestations de serment dans l'ordre...
Héraut du Dauphiné a écrit:
Oyez, oyez,

Peuple du Lyonnais-Dauphiné,
Visiteurs de passage,

Demain onzième jour de juin sera commémoré la bataille d'Anthon, victoire majeure du Dauphiné sur nos voisins belliqueux qui assura l'intégrité du Dauphiné.

A cette occasion, nos garnisons feront défiler leurs lances en la place de Lyon avant que les Seigneurs des lances du Duché se voient remestre leurs armes par messire nostre Gouverneur qui officialisera leurs nominations et leurs attributions.

Ensuite, nos soldats pourront démontrer leurs prouesses à l’épée et à l’arc durant les trois jours que dureront les festivités.

Vive le Lyonnais-Dauphiné et vive son armée !
« Sainct-Georges et Dalphiné ! »


Dernière édition par le Mer 28 Juin 2006 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 20:29

[HRP/]
Source: http://www.citadelle.org/magazine-3-31-La-Bataille-d%27Anthon-%2811-juin-1430%29.cfm
Edit par Hardryan
[/HRP]

urbs a écrit:
LA bataille du Dauphiné.

Les Raisons de cette bataille:


Souvent considérée comme un épisode important des guerres du XVe siècle entre le royaume de France et le duché de Bourgogne, la bataille d'Anthon eut bel et bien pour enjeu l'intégrité du Dauphiné, considéré, à tort, comme le maillon le plus faible du royaume de Bourges.

Dès 1426, Louis de Chalon, prince d'Orange et vassal franc-comtois de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, s'était lié par une convention secrète au duc de Savoie, Amédée VIII, en vue de dépecer le Dauphiné. En effet, le prince d'Orange avait le rêve ambitieux de réunir son domaine de Franche-Comté à sa Principauté d'Orange, par la vallée rhodanienne, à travers le Dauphiné.




Blason de Louis de Chalon


Depuis le désastre de la bataille de Verneuil (17 avril 1424), Amédée VIII pensait que la conquête du Dauphiné par Louis de Chalon était une chose tout à fait réalisable puisque l'élite dauphinoise fut complètement anéantie. Ainsi, il envoya trois cents lances triées sur ses réserves, tout en se tenant à l'écart. Bien qu'appuyant son vassal ambitieux, le duc de Savoie rêvait toujours de la Grande Savoie, qui s'étendait, à l'époque, des Alpes à Lyon, et trouva ainsi l'occasion de remettre en cause le traité de Paris, du 5 janvier 1355, qui établissait la limite entre la Savoie et le Dauphiné. Il espérait sans doute récupérer ses possessions en Viennois et en Velin.


L'agression du Dauphiné par Louis de Chalon




De novembre 1427 à août 1428, Louis de Chalon agit seul sans tenir compte de la trêve intervenue entre Charles VII et le duc de Bourgogne. Il fit passer le Rhône à deux cents hommes d'armes qui pénétrèrent en Dauphiné au port d'Anthon. Le 1er mai 1428, ces soldats, issus de bandes de "routiers", eurent raison des quelques troupes delphinales qui occupaient les châteaux contestés d'Anthon, de Colombier et de Saint Romain. Ces forteresses reçurent une garnison d'archers et d'arbalétriers bourguignons. Les lieutenants du prince d'Orange, Antoine Ferrières et Jean Grand, mirent en geôle plusieurs châtelains et fonctionnaires delphinaux dont Leuczon de Varey, Jean Richier, respectivement châtelains de Colombier et d'Anthon, ainsi que Falcon de Laigue, Antoine de Chaponnay et le notaire Jean Valencin. Anne de la Chambre, veuve de Bertrand de Saluces, décédé à la bataille de Verneuil, fut chassée de son château d'Anthon.

Mais, le redressement du royaume de France, grâce aux initiatives de la Pucelle d'Orléans, contraignit le prince d'Orange, inquiet, à accepter un compromis avec le gouverneur du Dauphiné, Raoul de Gaucourt, le 14 août 1428. Les portes des châteaux de Pusignan, d'Anthon et de Colombier furent à nouveau ouvertes aux commissaires delphinaux et les garnisons orangistes durent quitter les forteresses.

Louis de Chalon, quelque peu humilié, prépara en secret sa revanche. Il fit preuve de bonne volonté mais continua à occuper les châteaux de la baronnie d'Anthon. Ainsi, durant l'hiver 1429-1430, il fit fortifier le port d'Anthon et installa des garnisons dans les principaux châteaux de la baronnie. Le château de Pusignan fut de nouveau occupé par des troupes orangistes. La Bâtie d'Azieu, forteresse delphinale, fut prise d'assaut et conquise en quelques heures. L'inquiétude se répandit à travers tout le pays, même jusqu'à la cité de Vienne, qui se prépara à résister aux assauts des hommes d'armes du prince d'Orange.

Dès les premiers mois de 1430, on signala des levées d'hommes d'armes en Bourgogne. Le duc se décida enfin à mener une guerre totale contre le Dauphiné et le royaume de France. D'ailleurs, Louis de Chalon écrivit à son châtelain d'Anthon, Antoine Ferrières, en ces termes:


"Très chier et bien amé escuier? lettres de Monsieur de Bourgogne, lesquelles contiennent, qu'il veut que nous fassions la guerre au Dauphiné le plus fort que nous pouvons..."


Il recommanda cependant de faire comme si rien ne se préparait, obéissant ainsi aux gens du conseil delphinal.


La réaction du gouverneur du Dauphiné




Raoul de Gaucourt, nouveau gouverneur du Dauphiné depuis le 1er novembre 1428, comprit rapidement les intentions de Louis de Chalon. Il réunit alors les Etats du Dauphiné, le 20 mai 1430, à la Côte-Saint-André, pour voter un subside. Il se rendit ensuite à Annonay où il engagea les routiers espagnols de Rodrigue de Villandrando, qui traversèrent le Rhône à Vienne, le 26 mai. Le lendemain, il donna rendez-vous devant le château d'Auberive, à Humbert de Grolée, sénéchal de la ville de Lyon, qui amenait avec lui son contingent lyonnais ainsi que deux compagnies de Lombards commandées par Georges Bois et Burnon de Caqueran, seigneur de Saint-Georges-d'Espéranche.



Blason d'Humbert de Grolée


Dès que la forteresse d'Auberive fut enlevée (le 27 mai), la petite armée se dirigea vers le nord et pénétra en Velin où elle établit son camp sous les murs du château de Pusignan, le 7 juin 1430. La garnison orangiste ne put longtemps résister et capitula à la première attaque. Le jour suivant, la Bâtie-d'Azieu se rendit après un terrible assaut. Le vendredi 9 juin, l'armée delphinale dut faire face à une forte garnison orangiste devant le bourg fortifié de Colombier qui comportait une forte garnison orangiste. Le capitaine châtelain résidait alors dans la puissante tour maîtresse circulaire dominant le village d'où des archers et arbalétriers pouvaient tirer sur les assaillants. Pour réduire cette place forte au plus vite, le châtelain de Crémieu, Sibuet de Rivoire, fut chargé de ramener les bombardes de la cité de Crémieu.

Le bourg fut pris dans la journée mais une pluie torrentielle contraignit les Dauphinois à renoncer au siège de la tour maîtresse où se trouvaient les derniers défenseurs. Le lendemain matin, vers 6 heures, la pluie cessa, permettant aux hommes d'armes de Raoul de Gaucourt de poursuivre leur attaque du dernier réduit. En milieu de journée, après une défense acharnée, les Orangistes déposèrent les armes. Entre-temps, le prince d'Orange, qui venait de passer le Rhône la veille, dépêcha un groupe de soldats à Colombier afin de savoir ce qui s'y passait. Sur le chemin de Colombier, les hommes de Louis de Chalon se heurtèrent aux Milanais de Burnon de Caqueran qui venaient à leur rencontre. Pourtant, au lieu d'engager la lutte, ces derniers préférèrent s'enfuir, persuadés que la position de Colombier, plus forte, pouvait repousser tous les assauts dauphinois. Grave erreur de leur part car ils ignoraient alors tout de la prise de cette place forte.

Le dimanche 11 juin 1430, l'armée dauphinoise entendit au petit jour dans la plaine la messe célébrée par le chapelain du gouverneur du Dauphiné. Après ce moment de recueillement, elle s'ébranla en direction d'Anthon. Louis de Chalon, perplexe, décida de rassembler ses chevaliers et sa piétaille, puis se dirigea vers Colombier, afin de porter secours à ses hommes. Quelques heures plus tard, la bataille d'Anthon faisait rage.


Le champ de bataille



En ce temps-là, le grand bois des Franchises, dans lequel devait se dérouler la bataille, était beaucoup plus étendu et plus compact qu'il ne l'est aujourd'hui. Il s'étendait depuis les environs d'Anthon jusqu'à la maison-forte de Malatrait et la ferme de la Batterie situés un peu au sud de Janneyrias. A l'est de ce village, se trouvaient des marécages que l'on appelle aujourd'hui "marécages de la Laichère".
La bataille se déroula presque uniquement dans les bois
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 20:29

urbs a écrit:
Les forces en présence

Selon les chroniqueurs, l'armée dauphinoise se composait alors d'un peu plus de 1 600 hommes répartis en trois groupes :

· les Dauphinois et Lyonnais du baron de Maubec, Hugues II (approximativement 600 hommes dont 100 chevaliers, 300 archers et arbalétriers et 200 piquiers),
· les routiers de Villandrando (environ 400 hommes armés de vouges, de masses, de piques...),
· et les mercenaires Milanais de Caqueran (à peu près 600 hommes dont un tiers de chevaliers).


Blason de Villandrando




Parmi les combattants, se trouvaient :



· Pierre d'Aquin,
· Louis et Arthaud d'Arces,
· Humbert de Beaumont,
· Georges de Berenger,
· Guigues Borel,
· Ponson Bouvier,
· Pierre Brunel,
· Falcon de Buffevent,
· Arthaud de Chabestan,
· Humbert de Chaponnay-Feisins,
· Guillaume Chevalier,
· Guy de Dorgeoise,
· Jean du Fau,
· Lantelme des Granges,
· Antoine Gras,
· Guillaume de Guiffrey,
· Antoine d'Hyeres,
· Hugues de Montchenu,
· Antoine Rachais,
· Pierre de Roussillon,
· Louis de Saint-Marcel,
· Antoine de Saint-Ours,
· Pierre Terrail,
· Guillaume de Tournon...


Selon le rapport officiel, l'armée du prince de Chalon comptait environ 4 300 hommes dont 1 500 chevaliers, 1 000 archers, 600 arbalétriers, 1 200 hommes armes (piquiers, épéistes, massistes?). Voici la liste des nobles qui accompagnèrent Louis de Chalon dans cette expédition contre le Dauphiné :

· les seigneurs de Beaufremont,
· de Miribel,
· de Moullens,
· de Beysses,
· de Montagu-Neufchâtel,
· de Virieu,
· de Bussy,
· de Varembon,
· le comte de Fribourg,
· les chevaliers de Troyes et de La Chapelle,
· François de La Palud,
· Humbert Maréchal,
· Guigues de Sallenove,
· Clavin du Clos,
· Jean de Beaufremont,
· Antoine de Vergy,
· les sires de Chissé et Beaurepaire...


Les troupes dauphinoises durent faire face à une armée trois fois plus importante et mieux organisée. Lors d'une réunion secrète, les chefs dauphinois mirent en place une stratégie visant à repousser le prince de Chalon.


La stratégie dauphinoiseLa stratégie dauphinoise




Connaissant bien le terrain et notamment les bois, les dauphinois pensèrent à une stratégie en deux étapes :



· Arrêter la marche de la colonne ennemie et paralyser son action combative en la bloquant dans les taillis impénétrables qu'elle devrait traverser, puisque le chemin menant à Colombier passe au milieu du bois des Franchises.
Les dauphinois connaissaient deux points stratégiques sur le parcours d'Anthon à Colombier : le point de croisement du chemin de Colombier avec la route de Lyon et celui où ce chemin sortait du bois, au niveau de la ferme de la Batterie.
Lorsque la colonne orangiste se serait engagée entre ces deux points, les forces dauphinoises, cachées en embuscade, se manifesteraient massacrant tous les chevaliers et hommes d'armes fidèles à Louis de Chalon, les empêchant ainsi de refluer vers la route de Lyon. Villandrando aurait la charge de garder la sortie du bois



Get-à-pan



· L'immobilisation des orangistes sur le chemin et la présence des troupes dauphinoises tout autour provoqueraient l'inquiétude dans les rangs ennemis. Pour accentuer la peur parmi les orangistes, les dauphinois hurleraient et les bombardes venues de Crémieu seraient là pour faire beaucoup de bruit. Cette man?uvre provoquerait un sauve-qui-peut général et les hommes du prince s'en retourneraient vers Anthon.



Cette stratégie, très théorique, devrait permettre la victoire du camp dauphinois.




La bataille s'engage




En bon ordre, les forces dauphinoises vont prendre les positions d'embuscade assignées. Le premier temps de l'offensive s'exécute de point en point : l'armée orangiste franchit la route de Lyon à Crémieu et la queue de la colonne s'engage au-delà de cette route, tandis que Humbert de Grolée et ses hommes ferment la marche.

Les premiers cavaliers de la colonne sont à la Batterie, prêts à sortir, quand les routiers de Villandrando se jettent, lance au poing, à leur tête. Les chevaux blessés se cabrent, les hommes tombent. Le massacre commence alors dans un désordre indescriptible. C'est dans la plus grande confusion que, pêle-mêle, la tête de la colonne orangiste, empêtrée, décimée, cherchant une échappatoire, reflue et se retourne sur le reste de l'armée de Louis de Chalon. En même temps, des cris de guerre, suivant le mot d'ordre, sortent des rangs dauphinois.

La marche confiante de l'armée orangiste devient un sauve-qui-peut général. Les cavaliers orangistes abandonnent dans les bois leurs destriers sellés et harnachés, les hommes de trait et d'armes laissent arcs, épées, lances et arbalètes à terre afin d'échapper à la violence des combats et à la fureur dauphinoise. Les survivants se dirigent vers Anthon, laissant derrière eux de nombreux morts, et arrivés au passage de la route de Lyon-Crémieu ils sont alors obligés de se découvrir devant les dauphinois.

Une heure plus tard, près de 4 000 orangistes avaient repassé la grande route de Lyon à Crémieu ; la forêt des Franchises et les bois jusqu'à Anthon en étaient remplis. On extermina les fuyards dans les bois et les champs de blés. Ce fut une déroute totale et définitive : Louis de Chalon perdit la bataille entre 13 heures et 14 heures.



Le surlendemain, le 13 juin, à Crémieu furent vendus 1 200 chevaux sellés et harnachés. Cette vente permit de constater que seuls 300 cavaliers orangistes purent regagner Anthon ; les autres durent s'enfuir à pied.




Quelles sont les pertes ?



Les pertes orangistes sont élevées du fait de l'effet de surprise et de la débandade : 300 morts. Sur le champ de bataille gisent les corps des sires de Beaufremont, de Miribel, de Moullens, de Beysses, les chevaliers de Troyes, de la Chapelle...
Selon la chronique, pour échapper aux hommes d'armes de Grolée, détalèrent comme des lapins les sires de Montagu-Neufchâtel, de Virieu et le comte de Fribourg. Ce dernier personnage, récemment promu dans l'ordre de la Toison d'Or, fut dégradé par le duc de Bourgogne après avoir fait preuve d'une telle lâcheté au combat.



Blason du comte de Fribourg


En ce qui concerne les sires de Bussy, de Varembon (fils du seigneur de Conches), de la Ferté d'Estrabonne et Jean de Vienne, ils furent tous les hôtes de marque des dauphinois. François de la Palud, le nez emporté par un coup de hache, eut recours à sa mère Aynarde de la Baulme pour payer une rançon de 8 000 florins d'or.

Le prince d'Orange ne dut son salut qu'à la rapidité de son vigoureux destrier. En effet, il repassa le Rhône à Anthon, selon Mathieu Thomassin, en se précipitant en armure dans le fleuve avec sa monture et réussit malgré le fort courant à gagner la rive opposée. Mais, selon les propos du héraut Berry, il paraîtrait cependant qu'il traversa le Rhône en bateau, à la faveur de la nuit. Après cette terrible défaite, il se rendit dans l'un de ses châteaux jurassiens, mais bien longtemps après avoir payé une forte rançon (il avait été fait prisonnier après avoir traversé le Rhône). Il dut également faire hommage au roi de France pour sa principauté d'Orange, ce qui lui évita d'ailleurs de payer la totalité de sa rançon.



**** Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing ****

Lorsqu'en 1672, les paysans abattirent un chêne de la forêt des Franchises, ils trouvèrent, à leur grande surprise, dans le creux de celui-ci le corps d'un combattant orangiste en armure qui avait voulu échapper aux dauphinois en s'y cachant ; malheureusement pour lui, il y était resté bloqué. L'armure fut retirée du tronc et vendue par la suite.

**** Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing ****

Ajoutons à cela, comme le rapportent les chroniqueurs, les quelques 200 orangistes qui se noyèrent dans le Rhône.

Les pertes dauphinoises, infimes, se limitèrent à quelques hommes d'armes.


Epilogue




Louis de Chalon perdit, non seulement ses terres dauphinoises, mais aussi sa principauté d'Orange et le duc de Bourgogne lui retira d'ailleurs tous ses privilèges acquis quand il appartenait à l'ordre de la Toison d'Or. Le sire de Chalon ne cessa de revendiquer, auprès du roi de France, ses possessions en Dauphiné. Ses droits sur la baronnie d'Anthon ne furent jamais reconnus puisqu'elle fut restituée à la maison de Saluces. Il n'obtint que de maigres compensations financières. Plus tard, en 1456, le futur Louis XI, alors dauphin, lui concéda le château de Fallavier. Guillaume de Chalon, son fils, revendiqua lui aussi la terre d'Anthon

Après la défaite, le duc de Savoie, qui n'avait pas participé à la bataille, mais qui avait soutenu Louis de Chalon, perdit définitivement l'espoir de remettre le pied en Dauphiné ; il entreprit alors de conquérir l'Italie.

Raoul de Gaucourt confia la garde des châteaux de Colombier et d'Anthon à Gilet Richard, seigneur de Saint-Priest jusqu'au moment où Louis de Saluces fut reconnu comme légitime héritier de son oncle Bertrand de Saluces.

Le souvenir de la bataille d'Anthon s'est longtemps perpétué dans les mémoires, d'autant plus que de nombreux vestiges de cet affrontement ont été retrouvés : des charniers, des armures, une très belle dague ciselée...
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 20:38

Zwyrowsky a écrit:
Les soldats de Briançon étaient arrivés dans la nuit, ayant chevauché de très longues heures pour rejoindre Lyon. Ils avaient pris un peu de repos au petit matin non loin des murs de la ville, et faisaient maintenant leur entrée pour rejoindre la place où se tiendraient les cérémonies. Les cuirasses avaient été sorties des paquetages où on les avait protégées sur les chemins, et brillaient sous le soleil naissant.

Pour parcourir les rues, le Maistre de Lances, Zwyrowsky, avait d'ores et déjà fait mettre sa Lance en formation pour le défilé. Tous étaient à cheval. Son écuyer Fnor précédait le groupe, porteur de l'étendard du Bataillon. Puis, Zwyrowsky lui-même, secondé de Pao, Homme d'Armes, et Flyerstyle et Bemad, Archers, alignés. Aakass, encore coutilier pour quelques heures, fermait la marche.
Salah ad'Din a écrit:
Un Groupe d'homme armées au couleur du Dauphiné et de la ville d'Embrun arrivèrent par la porte sud de Lyon. La Garnison D'Embrun avait revêtit ces plus belle armures, cote de maille, haume, épée, lance... tout brillait sous l'éclat du soleil...

Le Seigneur des Lances, Salah ad'Din, était en tête de cette lance, constituer de 5 hommes aguérit dans le combat. Le chef de Lance et ecuyer, Bassman le secondait, ensuite venait l'homme d'arme Agravain, l'acher, Lirok et enfin le coutiler, TheSnake.

Tous arrivèrent sur la grand place de Lyon, où les couleur du Lyonnais Dauphiné était à l'honneur... on pouvait apercevoir dans les tribunes, nombre de grande personalité, dont le Gouverneur dit Le Wulfen... des barons et barones... La fête se faisait sentir...

Saladin, vêtus de ces plus belles parures, son armure était étincelante et laissant voir les armes du lyonnais duaphiné de d'Embrun... un long manteau blanc décoré de broderie orientale, damassé, couvrait ses épaules...
Lorsqu'il passa devant les tribunes, il dit de sa forte voie et haute stature...


Vive le Roy, Vive le Gouverneur, Gloire au Royaume de France , Gloire au Dauphiné.
Wulfen a écrit:
Arrivé au matin de Paris, le Wulfen était présent dans la tribune officielle.
Aujourd'hui, le peuple du Lyonnais-Dauphiné verrait son Armée prendre aun autre allure, plus fière et plus glorieuse.
La commémoration de cette grande victoire allait donner à celles et ceux qui vouaient leur vie à la défense des autres l'occasion d'estre dusment honnoré à leur tour.

Les premières lances commençaient à se présenter pour défiler, et il pouvait reconnaistre les couleurs d'Embrun et de Briançon...
Agravain a écrit:
Agravain, Homme d'arme d'Embrun ne sent pas à l'aise dans les défilé, regardé, jugé, il espère avoir assez fait briller son épée et ses petites pièces d'armures qui forment un semblant d'armure d'apparat.
Il suit néanmoins son seigneur et son écuyer dasn la lance d'Embrun et bombe le torse de fierté!

Vive le Roy, Vive le Gouverneur, Gloire au Royaume de France , Gloire au Dauphiné.
Lirok a écrit:
Lirok, archère a Embrun rejoignit sa lance. Elle s'était bien préparé car elle aimait ce genre de manifestation.
Vive le Roy, Vive le Gouverneur, Gloire au Royaume de France , Gloire au Dauphiné.
Mr.Taï a écrit:
Le maire de Montélimar avait fait le voyage jusqu'à Lyon pour fester la victoire du Duché sur les envahisseurs avident des richesses dauphinoises.
IL se présenta donc à la tribune officiel et alla rejoindre Wulfen qui était déjà présent malgré les festivités royales en Paris pour les épousailles du Roy.
IL salua Messire Wulfen et le conseil :


"Messire Wulfen, je suis étonné de vous voir ici : je vous croyais en Paris pour organiser les festivités royales.
Je suis heureux de vous voir pour ce grand jour ! J'espère que vous avez fait bon voyage."

Puis le maire pris place dans la tribune officielle et évitant de prendre les sièges réservés aux différents conseillers ducaux.
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 20:48

THESNAKE a écrit:
thesnake coutilier pour les lynx d'embrun qui s'était preparer pour se defiler alla rejoindre sa lance, il ferma la marche derriere c loyaux compagnon, thesnake regarda ses freres et soeur d'arme et se sentit fière et bombat le torse .
Vive le Roy, Vive le Gouverneur, Gloire au Royaume de France , Gloire au Dauphiné.
Aakass a écrit:
Le coutilier Aakass de la caserne de Briançon, heureux d'être présent pour ce défilé, fermant la marche dirigé par Le Maistre de lances, marché bien droit, fierement, la tête haute
Wulfen a écrit:
Après avoir salué le maire de Montélimar, le Gouverneur regarda avec attention la suite du défilé.
Il nota avec satisfaction que la première lance complète serait attribuée à la garnison d'Embrun, suivi par une lance de Briaçon... et attendait les autres garnisons.

D'ici un peu plus d'une heure, viendra le temps d'honnorer ses Seigneurs des lances...
Zwyrowsky a écrit:
Après avoir posé leur paquetage dans une hostellerie du quartier Saint-Jean, les Briançonnais se mirent en place pour la présentation.

Zwyrowsky fit donc reprendre la formation de parade: Fnor, Ecuyer et Porte-Etendard ouvrait la marche, portant sans faiblir les couleurs du Bataillon.
Venait ensuite Zwyrowsky lui même, tenant d'une main ferme son destrier lui-même carapaçonné aux couleurs de sa Lance, altier dans une armure de parade de bronze luisant à parements rouges et bleux.
Le Maistre de Lance était suivi de trois hommes, son Sergent d'Armes Pao, et les Archers Flyerstyle et Bemad, tous trois casqués et portant cuirasses d'acier argentées, et vêtus d'azur.
Enfin, fermant la Lance, le coutilier Aakass (que cependant Zwyrowsky avait fait archer à l'aube), portant un pourpoint d'azur, et tenant fermement une Hallebarde de cérémonie, parée d'or et d'azur.

Tous avaient fière et bonne allure lorsqu'ils entrèrent sur la grand Place à la suite de la Lance d'Embrun. La foule était nombreuse, masquée à demi par le soleil radieux. La lumière éclatait sur chaque pièce d'armure, chaque fer, chaque bijoux dans la foule, et allait mourir dans les tissus chamarrés des uniformes et du pavoisement de la tribune et des rues environnantes. Les chroniqueurs de cette journée ne manqueraient pas d'évoquer avec émotion ce miracle de la première commémoration du 11 juin, qui transformait chaque Dauphinois en paladin, chaque soldat en archange.


En passant devant la tribune du Gouverneur, Fnor inclina son étendard et cria d'une voie unie "Dieu Sauve le Roy et le Dauphiné!. Passant à son tour, Zwyrowsky inclina sa lance, et salua de sa voix de basse: "Longue Vie au Gouverneur!". Enfin, la Lance cria fièrement: "Pour Sainct-Georges, le Dauphiné et Briançon!", avant d'aller se placer sur le côté pour assister au défilé de leurs camarades de Die, Valence, Vienne et Montélimar.
DeDeLagratte a écrit:
Les Viennois étaient présents egalement et sous la houlette de DD il se mirent en formations et défilerent on y aperçevait tous les fiers soldats de Vienne Il y avait bien sur DD le maistre des lances qui avait mis ce jour là sa plus belle armure ses soldats le suivaient avec enthousiasme ce qui egayait encore plus la mine du Maistre des lances

Par cette belle journée ensoleillée les soldats avanerent trnquillement et etaient applaudis par la foule venus nombreuse pour ce grand evenement puis vint le moment ou ils passèrent devant le gouverneur . DeDeLagratte s'inclina dignement devant lui et cria "Longue vie au gouverneur , et Longue vie aux Lyonnais Dauphiné" , puis toute la garnison viennoise se mit a crier les meme phrases que leur Maistre des lances ensuite la garnison alla se placer sur le côté pour laisser place aux autres garnisons
Héraut du Dauphiné a écrit:
Oyez, oyez !

Maintenant que les troupes ont défilé, je vais laisser Messire le Gouverneur diriger la cérémonie de nomination de nos Seigneurs des lances.
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 21:54

Wulfen a écrit:
A l'annonce du héraut, le Gouverneur se leva et vint se placer sur le devant de la tribune.
Il regarda la troupe en ordre devant lui puis pris la parole.

Bonjour à vous Soldats du Lyonnais-Dauphiné,

Depuis quelques semaines les responsables militaires du Conseil DUcal, vostre Capitaine, vostre Connétable et moi-mesme avont entreprit une réforme de nostre Armée... de vostre Armée.

A compter de ce jour, il n'y aura plus de "général", "lieutenant", "sergent" et autres soldats d'élite... mais une hiérachie plus adapté à l'unité de base de nostre armée : la lance.
Pour le peuple du Lyonnais-Dauphiné qui est venu vous rendre hommage ce jour, je rappelel qu'une Lance est commandée par un Seigneur des Lances, un Chef de Lance ou un Homme d'Armes, et est composée d'Hommes d'armes, d'Archers et de Coutiliers. Nos Lances sont rassemblées en garnisons selon la répartition géographique : Briançon, Dié, Embrun, Montélimar, Valence et Vienne.

Voilà nostre nouvelle hiérarchie :
Le Grand Maistre des Lances (anciennement Général) seconde le Capitaine en tant que responsable de l'exécution des ordres et des missions.
Les Seigneurs de Lance (anciennement Lieutenants) sont responsables de la disponibilité et de l'engagement de leur garnison ou peuvent être engagé au sein du Conseil de Guerre pour des fonctions particulières.
Les Chefs de Lance (anciennement Sergents) conduisent leur Lance, assistent les officiers ou sont engagés comme spécialistes.
Les Hommes d'armes (anciennement Soldats d'Elite) constituent les membres les plus expérimentés de la troupe.
Les Archers (anciennement soldats) constituent le gros de la troupe. Pour estre promu Archer, un Coutilier doit avoir démontré sa motivation et avoir acquis l'expérience nécessaire.
Et finalement les Coutiliers qui sont les nouveaux membres de l'Armée, obtiennent le statut d'Archer une fois la formation de base achevée et l'engagement confirmé au sein de l'Armée.

La charte de nostre armée sera prochainement publié pour une meilleure compréhénsion.

J'appelle maintenant Monseigneur Agami, Archevêque Métropolitain d'Embrun, Prêtre de l'Eglise Aristotélicienne, Universelle et Romaine, qui va bénir les troupes
.
agami a écrit:
L'Archevêque se leva et se dirigea vers l'estrade. Il fit le signe de croix et dit:

Mes biens chère frères et soeurs,

Protecteur du Lyonnais-Dauphiné, Protecteur de nos coutumes, de notre mode de vie, de nos croyances,

Nous sommes réuni en ce jour par la volonté de notre Gouverneur et de son conseil qui ont décider de cette nouvelle organisation.

N'ayez peur du changement, c'est lui qui fait de nous des Hommes plus conscient. Nous sommes dorénavant prêt à relever les nouveaux définissent qui vont se dresser devant nous.

Chacun d'entre nous sait qu'il devra à chaque instant protéger notre province, le danger est présent à chaque instant, nous le savons en acceptant cette mission.

Votre abnégation est un exemple pour tous. Les valeurs que vous défendez vous dépassent et cela est remarquable.

En tant que représentant de la parole d'Aristote sur terre je vous béni.
numalane a écrit:
Le soleil était présent en ce jour dominical et voyait se dérouler la cérémonie de la commémoration de la victoire du Dauphiné lors de la bataille d'Anthon. Numalane Invitée par son Gouverneur sur la tribune officielle, admirait les soldats qui défilaient en rang serré. Ils avaient de la prestance. Les armures brillaient, les cuirs étaient soignés et les armes étaient astiquées.

Elle écouta Messire Wulfen annoncer la nouvelle dénomination des grades de l'armée. Seigneur de Lance, Chef de Lance, Archers, Coutiliers... cela sonnait bien à l'oreille. Puis elle vit Monseigneur Agami bénir les soldats présents. Elle eut un sourire et se pencha vers Wulfen pour lui chuchoter


La prévôté pourrait descendre parmis les soldats pour faire une inspection? j'aimerais bien voir de plus pret tous ses beaux hommes... et les femmes aussi bien sûr.
Wulfen a écrit:
Le Gouverneur laissa l'Archevêque reprendre sa place avant de poursuivre.
Il écouta la question de sa Prévoste et sourit en lui faisant un signe négatif de la teste, riant presque à la moue qu'elle lui fit.

Il s'éclaircit la voix et parla d'une voix forte et claire.

Seigneurs des lances.
Vous avez en charge la bonne marche de nostre Armée et la direction de ses lances.
Ce titre vous l’avez mérité depuis longtemps et un « bout de métal » ne suffira pas à vous montrer la reconnoissance du Duché.

Nous allons donc vous confier fief en nostre Duché.
Vous serez lié à celui –ci est devrez en tant que noblesse prester allégeance au Gouverneur successifs du Duché.
En acceptant cette charge ce jour, vous prester serment de défendre le Duché, ses habitants et ses valeurs de vostre sang et de vostre vie.

J'appelle Kalten à venir me rejoindre.
Kalten, vous estes en ce jour confirmé à la charge de Grand Maistre des lances du Lyonnais-Dauphiné.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie d'Anthon dont nous célébrons la gloire en ce jour.

Voivi vos armes emblasonnées : "De gueules au dragon d'or à face humaine".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur d'Anthon !
Kalten a écrit:
Kalten s'agenouilla devant son Duc et baissa la tête

Je suis honnoré du fief qui m'ait accordé et je serai votre éternel et dévoué serviteur, mon seigneur, ainsi que celui de vos vassaux et cela au péril de ma vie si il le faut.

se relevant Kalten tapa du point contre son armure au niveau des pectoraux

Longue vie et gloire au Lyonnais-Dauphiné!


Dernière édition par le Mar 15 Aoû 2006 - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 22:05

Wulfen a écrit:
J'appelle Wahl à venir me rejoindre.

Wahl, vous avez esté forcé de quitter vostre charge à la teste de la garnison de Briançon.
L'Armée est maintenant heureuse de vous retrouver. La garnison de Briançon restant aux mains de vostre successeur, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances de Lyon.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de Bardonnenche.

Voivi vos armes emblasonnées : "D'or, au treillis de sable, cloué d'or, au chef de sable, chargé d'une aigle naissante d'or", sa device estant "TUTUM FORTI PRAESIDIUM VIRTUS". Vous trouverez je n'en doute point un brillant latiniste pour vous traduire cela...



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur de Bardonnenche !
Wahl a écrit:
A l'appel de son Wahl s'avança vers le Gouverneur pour recevoir ses armes. Il posa un genou à terre et déclara:

"Gouverneur, vous me faites un grand honneur. Le Dauphiné est ma patrie, ces terres m'ont vu naitre et j'y suis attaché de tout mon coeur. Je prête serment d'allégeance devant Dieu et les hommes à Anthony dit le Wulfen, Vicomte de Clerieux et Chevalier de Massigny, Gouverneur du Lyonnais Dauphiné et a travers lui sa majesté le Roy Levan III. J’engage ma foi et mon honneur pour servir le Lyonnais-Dauphiné, et promets à mon seigneur fidélité, aide et conseil. Je reçoit cette charge librement devant Dieu et devant les hommes."

Tout ému, il se releva après avoir reçu ses armes pour retourner dans le rang. En plus, le blason du fief qui lui avait été attribué lui plaisit beaucoup!
Wulfen a écrit:
J'appelle Zwyrowsky à venir me rejoindre.

Zwyrowsky, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances de Briançon.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de Ribier.

Voivi vos armes emblasonnées : "De contre-hermine au chef d'or, à la pointe de gueules brochant sur le tout".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur de Ribier !
Zwyrowsky a écrit:
Zwyrowsky s'avança, main gauche sur la garde de son épée, main droite tenant sa cape, et s'agenouilla devant le Gouverneur.
Il prêta alors allégeance:


Je prête serment d'allégeance devant Dieu et les hommes à Anthony dit le Wulfen, Vicomte de Clerieux et Chevalier de Massigny, Gouverneur du Lyonnais Dauphiné et a travers lui sa majesté le Roy Levan III. J’engage ma foi et mon honneur pour servir le Lyonnais-Dauphiné, et promets à mon seigneur fidélité, aide et conseil. Je reçoit cette charge librement devant Dieu et devant les hommes.

Et, relevant la tête:

Monseigneur, c'est grand honneur que vous me faites, et j'espère pouvoir bientôt me rendre sur les terres de Ribier que vous me confiez, et les faire prospérer pour le plus grand profit et la gloire du Dauphiné et de ses habitants.
Dieu garde le Roy et le Dauphiné!

Et ayant dit, se retira auprès de ses pairs, envisageant en pensées les délices du soir.
Wulfen a écrit:
J'appelle Fanny à venir me rejoindre.

Fanny, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances de Dié.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de Claix.

Voivi vos armes emblasonnées : "D'argent au chevron d'azur accolé de trois croisettes treflées".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Dame de Claix !
Fanny43 a écrit:
Fanny était arrivé bien en retard. Bien qu'elle fut partie de bonne heure de Dié, sa cheville, qui s'était soudainement mise à lui faire terriblement mal, l'avait gêné dans sa marche.

Ainsi, peu après que la cloche de Lyon ait sonné dix coups, elle arriva, voyant nombre des soldats rigolant dans une taverne. Elle s'approcha de l'un d'eux, le salua respectueusement, comme un frère.

Ce dernier lui rapporta alors les propos du Gouverneur, et lui fallu s'asseoir quelques instants pour réaliser ce qui lui arrivait. Elle venait d'être nommée Dame de Claix !!! Bien évidemment, elle était très honorée de cela, et elle s'empressa de chercher le Gouverneur, afin de le remercier.

Après quelques minutes, elle le trouva, entouré du Capitaine Urbs. Elle se mit au garde à vous, puis une fois que son supérieur lui ait permis de se relacher, elle dit, d'une voix mi ému, mi timide :
Monsieur le Gouverneur, c'est un honneur pour moi que de porter le titre de Dame de Claix. Je lui ferai honneur tant que Dieu e permettra. Puis elle se mit une nouvelle fois au garde à vous, et partie rejoindre ses amis et collègues, une fois que son capitaine le lui ait permis.
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 22:23

Wulfen a écrit:
J'appelle Salah ad'Din à venir me rejoindre.

Salah ad'Din, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances d'Embrun.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de Monetier-Allemont.

Voivi vos armes emblasonnées : "D’or aux trois arbres se sinople enraciné de mesme, au chef d’argent chargé d’une étoile d’azur au centre et de deux besants de gueules, à la champagne de sinople".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur de Monetier-Allemont !
agami a écrit:
L'Archevêque était très heureux de participer à cet évenement très important dans la vie de Lyonnais-Dauphiné.

Il était aux côtés du Gouverneur... il bénit les nouveaux fiefs et leurs propriétaires, de noble combattant...
Salah ad'Din a écrit:
Saladin à l'appelle de son nom s'avança devant le gouverneur et préta allégeance....

Gouverneur, vous me faites un grand honneur. Le Dauphiné est ma patrie, ces terres m'ont vu naitre et j'y suis attaché de tout mon coeur. Je prête serment d'allégeance devant Dieu et les hommes à Anthony dit le Wulfen, Vicomte de Clerieux et Chevalier de Massigny, Gouverneur du Lyonnais Dauphiné et a travers lui sa majesté le Roy Levan III. J’engage ma foi et mon honneur pour servir le Lyonnais-Dauphiné, et promets à mon seigneur fidélité, aide et conseil. Je reçoit cette charge librement devant Dieu et devant les hommes.

Saladin se retira et alla se remettre auprés de ses compagnons...
Wulfen a écrit:
J'appelle Shinji à venir me rejoindre.

Shinji, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances de Valence.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de Bocsozel.

Voivi vos armes emblasonnées : "D'or, au chef échiqueté d'argent et d'azur de trois tires".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur de Bocsozel !
shinji a écrit:
shinji arriva quelque peu en ratard mais juste à temps pour la cérémonie.
il maudit ce cheval que ne voulu avancer, venir ici à pied aurait été plus rapide.
à sa nomination, une étrange émotion s'empara de lui, il état fiér, de lui, mais aussi pour sa garnisson, présente ici.
il monta sur l'estrade rejoindre wulfen, maire de valence à de nombreuses reprises qu'il respectait profondément.
il pris ses armes et son blason, qu'il porterais avec dignité et honneur.
une fois les nomminations terminée, shinji partit avec ses hommes boire un coup au stand le plus proche.
Wulfen a écrit:
J'appelle DeDeLagratte à venir me rejoindre.

DeDeLagratte, nous vous nommons ce jour à la charge de Seigneur des lances de Vienne.
A ce titre, nous vous confions la garde de la Seigneurie de La Terrasse.

Voivi vos armes emblasonnées : "D'argent, à un flanchis de gueules, chargé d'un coeur d'or, et surmonté d'une rose de gueules, tigée et feuillée de sinople".



Portez les fièrement et faiste leur honneur.
Félicitations Seigneur de La Terrasse !
DeDeLagratte a écrit:
DeDelagratte s'avança vers le gouverneur et prêta allegeance

Gouverneur , c'est un grand honneur que vous me faites là. Je prête serment d'allégeance devant Dieu et les hommes à Anthony de Massigny dit le Wulfen, Vicomte de Clerieux et Chevalier de Massigny, Gouverneur du Lyonnais Dauphiné et a travers lui sa majesté le Roy Levan III. J’engage ma foi et mon honneur pour servir le Lyonnais-Dauphiné, et promets à mon seigneur fidélité, aide et conseil. Je reçoit cette charge librement devant Dieu et devant les hommes.

DeDeLagratte repartit se mettre aux cotés de ses compagnons
Wulfen a écrit:
Félicitations à tous.
L'heure est maintenant aux réjouissances et aux festivités.
J'ai fait mestre en perse quelques tonneaux au chasteau que je vous invite à tous, coutiliers comme Seigneurs, venir gouster avec moi.

Vive le Lyonnais-Dauphiné et vive son Armée !
"Sainct-Georges et Dalphiné !"
Revenir en haut Aller en bas
Wulfen

avatar

Nombre de messages : 1192
Age : 47
Localisation IG : Castel de Clérieu
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: [MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454   Mer 28 Juin 2006 - 22:29

numalane a écrit:
Cette cérémonie avait fière allure. Mais le soleil lui avait donné soif aussi à l'entente de la proposition de Wulfen de boire quelque chose au chateau, elle ne se le fit pas dire deux fois. Elle descendit de la tribune et se dirigea vers les soldats qu'elle pouvait enfin approcher à loisir.

Elle vit Messir Wahl et le félicita pour sa nomination.
Wahl a écrit:
Le regard insistant que Dame Numalane avait jeté sur les soldats avait profondément perturbé Wahl. Elle avait détaillé non seulement les hommes, mais aussi les femmes, chose des plus troublantes...

numalane a écrit:
La prévôté pourrait descendre parmis les soldats pour faire une inspection? j'aimerais bien voir de plus pret tous ses beaux hommes... et les femmes aussi bien sûr.

Il avait cru reconnaitre le regard lubrique dont seule Dame Numalane avait le secret. Mais il devait forcément se tromper, elle avait confessé publiquement et promis de changer... Le soleil avait dû le tromper, rien d'autre ne pourrait expliquer l'étincelle qu'il avait cru voir dans ses yeux.

Wahl s'était laisser emporter par ses réflexions lorsque Numalane surgit. Son arrivée le fit sursauter. Un rapide coup d'oeil lui révéla qu'il était seul, toutes les personnes qui étaient autour de lui lors de la cérémonie étaient déjà partis se rendre sur les lieux de la fête! Nul moyen de se dérober ou d'espérer que l'interpellation ne lui était pas destinée. Un moment extrêment gênant! Après un moment d'hésitation, il réussit à bredouiller:

"Bonjour Madame le Prévôt, enchanté de vous voir ici..."

Mais il craignait que l'hésitation ne perce...
numalane a écrit:
Après avoir félicité Dame Fanny qui était une connaissance et une amie de Dié, elle vit qu'en fait il n'y avait pas d'autres femmes présentes dans les rangs. De toute façon elle n'avait aucune envie d'etre une disciple de lesbos. Son intérêt était bien plus tourné vers les virils soldats présents.

Elle avait félicité Wahl qui était resté après les autres, encore tout emerveillé de sa nomination sûrement. Il astiquait son blason comme un enfant qui reçoit un trophée.
Il la vit s'approcher et lui parla d'une voix hésitante. On se demandait bien pourquoi d'ailleurs.


Moi de meme, Messire Wahl. Une bien belle cérémonie. Vous paraissez quelque peu troublé dites moi...

Elle s'appuya sur son épaule pour voir le motif de plus pret.

Savez vous ce que veux dire la devise qui accompagne vos armes?
DeDeLagratte a écrit:
A l'appel du Gouverneur Wulfen pour aller au pot qui était au Château DeDeLagratte sursauta il était encore dans ses pensées et etait très emu par l'honneur qui venait de lui être accordé il astiqua une derniere fois ses armes puis suivi le cortège qui se dirigeait vers le Château en passant près de Messire Wahl et Dame Numalane qui avaient l'air en pleine discution il hesita a leur dire de suivre le cortege mais finalement se disait que ce devait être impoli et donc continua son chemin seul
agami a écrit:
Qu'elle belle cérémonie, l'Archevêque était réellement fier de voir tous les soldats pret à défendre leur domaine
Revenir en haut Aller en bas
 
[MINUTES] Commémoration de la Bataille d'Anthon, Juin 1454
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Rôle Play du Château de Lyon :: 2 - Palais Sainct Pierre :: Collections Ducales :: Histoire et Géographie-
Sauter vers: